L’accès à l’eau est l’une des grandes préoccupations de notre monde. C’est pour cette raison que la Fondation Coca-Cola s’engage via différentes initiatives à protéger cette ressource et à faciliter son accès au plus grand nombre. Un engagement essentiel pour le bien-être de la planète comme pour celui de ses habitants.

Pendant des siècles, de grandes civilisations se sont développées autour de l'eau : l'Egypte s'est construite sur les rives du Nil et les Romains ont développé leurs villes et leur empire grâce à leur maîtrise de canalisation de l'eau. Des milliers d'années plus tard, l'eau est toujours fondamentale pour le développement de la société, mais aussi pour Coca-Cola, dont elle est l'ingrédient principal de la plupart des boissons vendues.

C'est pourquoi l'eau est au coeur de nombreux programmes de la Fondation Coca-Cola à travers le monde, que ce soit pour donner accès à l'eau potable aux populations, ou pour protéger les endroits où elle joue un rôle crucial.

Depuis sa création, la Fondation a investi plus de 200 millions de dollars dans des projets liés à l'eau dans le monde entier, au bénéfice de plus de 32 millions de personnes. Et depuis sa création en 1984, plus d'un milliard de dollars ont été versés à plus de 2 400 organismes, dont les initiatives portent sur des questions aussi variées que le recyclage ou l'autonomisation des femmes et des jeunes, s'adaptant toujours aux changements et aux besoins de la société.

En Espagne, Coca-Cola s’engage pour les ressources en eau

Parmi tous ces projets, il en existe sept en Espagne, destinés à restituer à la nature l'eau contenue dans les boissons de The Coca-Cola Company. Une liste à laquelle vient d'être ajoutée une nouvelle mission : le défi du Guadalquivir. Celui-ci vise à améliorer la quantité et la qualité de l'eau disponible dans l'estuaire du Guadalquivir, un environnement clé pour la biodiversité.

A cette occasion, Carlos Pagoaga, Directeur des Affaires Communautaires Mondiales et responsable des projets d'eau et de recyclage de la Fondation Coca-Cola, a été interrogé sur l'origine, l'évolution et le futur de la Fondation, et tout particulièrement sur le sujet de l'eau.

Pourriez-vous, en une phrase, résumer le but de la Fondation Coca-Cola ?

L'objet de la Fondation Coca-Cola, depuis sa création en 1984, a toujours été d'améliorer le bien-être des communautés. C'est pour cela que, bien qu'elle soit née d’une vision locale axée sur l'éducation, elle n'a cessé de grandir et d'évoluer. C'est aujourd'hui une organisation philanthropique mondiale qui couvre un large éventail de questions, toujours en rapport avec les besoins de la société. Ce dernier point est très important et, pour y parvenir, nous sommes en contact permanent avec les organisations, les experts et les entités au sein des nombreux territoires où nous sommes présents.

Quels sont les domaines sur lesquels la Fondation se concentre le plus en ce moment ?

Actuellement, la Fondation se concentre sur trois domaines principaux : la protection de l'environnement (en particulier l'eau et le recyclage), l'autonomisation des femmes et des projets communautaires comme des bourses d'études, des initiatives culturelles et le soutien aux jeunes. Ce sont trois aspects clés d'une société durable pour lesquels nous tirons parti de l'expérience et des connaissances des employés de The Coca-Cola Company et de ses partenaires d'embouteillage dans le monde entier.

De tous ces domaines, l'eau est l'un des sujets prioritaires pour l'entreprise et la Fondation. Nos programmes d'approvisionnement en eau aident des millions de personnes dans le monde à avoir accès à de l'eau potable et à protéger l'eau de nos rivières, de nos lacs et de nos aquifères. Même si The Coca-Cola Company a déjà restitué à la nature la totalité de l'eau contenue dans ses boissons avec cinq ans d’avance, il existe encore de nombreuses populations pour lesquelles l'accès à l'eau est insuffisant. Aussi, les rivières, lacs et lagunes doivent être protégés, de sorte que la lutte contre la pénurie d’eau reste une priorité.

Il ne s'agit pas uniquement de restituer l'eau à la nature, n'est-ce pas ?

L'accès à l'eau est l'une des plus grandes préoccupations dans le monde, donc oui, notre objectif va bien au-delà de l'économie d'eau ou de la récupération des espaces naturels, il s'agit aussi d'aider à améliorer la qualité de vie des gens et stimuler l'économie locale. En Afrique, par exemple, l'une des régions la plus critique sur le sujet, nous avons lancé le programme RAIN (Replenish Africa Initiative), dont l'objectif est de donner accès à l'eau potable à 6 millions de personnes avant 2020. Ainsi, les filles et les femmes n'ont plus besoin de parcourir des kilomètres à pied pour aller chercher de l'eau, de sorte qu'elles peuvent aller à l'école ou consacrer leur temps à un travail plus productif pour elles-mêmes et leurs communautés.

La Fondation Coca-Cola finance une grande variété de projets dans le domaine de l'eau à travers le monde, lesquels se démarquent et pourquoi ?

Je vous en donne deux. L’un concerne l'accès à l'eau potable et l’autre, la conservation de l'eau. Nous avons un programme en Amérique latine appelé Lazos de agua, que nous menons en collaboration avec la FEMSA (embouteilleur de Coca-Cola), la BID (Banque interaméricaine de développement) et la Fondation One Drop, pour donner accès à l'eau potable à 250 000 personnes dans 5 pays. C'est un programme très intéressant parce qu'il explore une facette qui n'est habituellement pas prise en considération : en plus de donner accès à l'eau, il est aussi crucial d'éduquer à son utilisation. Avec ce programme, nous expliquons aux gens l'importance de se laver les mains, de laver la vaisselle... Mais aussi comment prendre soin des puits et des fontaines pour maintenir la qualité de l'eau.
Au sujet de la conservation de l'eau, je voudrais mettre avant le projet Misión Posible : Desafío Guadalquivir, mené en collaboration avec WWF Espagne. D'une part, les agriculteurs de la région reçoivent une formation et des outils pour réduire leur consommation d'eau - ce qui leur permet de réaliser des économies - et, d'autre part, ils contribuent à la conservation de l'estuaire de la rivière en restaurant un marais qui contribuera à améliorer la qualité de l'eau et servira de refuge à l'avifaune de la région.

Vous avez mentionné le WWF - un partenaire récurrent en Espagne et dans le monde entier. Comment cette alliance a-t-elle vu le jour et comment a-t-elle évolué ?

Le WWF est l'une des principales organisations environnementales et l'un des partenaires les plus importants avec lesquels nous travaillons. Nous avons des projets avec le WWF dans plus de 10 pays. Par exemple, en Australie, nous collaborons pour protéger la Grande Barrière de corail, le plus grand récif corallien du monde, et au Guatemala, pour protéger le récif méso-américain. En Espagne également il s’agit d’un partenaire très important, dont la collaboration à la fin des années 1960, avec des projets récents comme celui mené à Las Tablas de Daimiel visant à réduire la consommation d'eau des agriculteurs de la région pour la protection des lagunes.

La Fondation Coca-Cola a récemment collecté 1 milliard d'euros de fonds, fourni un accès à l'eau potable à plus de 32 millions de personnes, autonomisé 2,4 millions de femmes et aidé des communautés dans le monde entier. Après de tels succès, quelle est la prochaine étape ?

Notre volonté est de contribuer à nous protéger des changements climatiques. Une partie du travail de la Fondation est d'aider en cas de catastrophe naturelle, et nous constatons qu'avec le réchauffement climatique, elles seront plus fréquentes. Nous souhaitons donc élaborer des solutions afin que les régions les plus exposées soient mieux préparées à ces événements. Cependant, à moyen terme, nous continuons à nous concentrer sur l'eau et le recyclage, car ils constituent une question cruciale au niveau mondial. En Espagne, nous avons notamment lancé Mares Circulares, un projet d'économie circulaire - et bien entendu nous restons très attentifs aux changements de la société, pour toujours mieux répondre à ses besoins.