La jeune Coline Mattel est sauteuse à ski. En 2014 à Sotchi, alors âgée de 18 ans, elle obtient une médaille de bronze au premier concours de saut à ski féminin de l’histoire des Jeux Olympiques, devenant du même coup la deuxième plus jeune médaillée aux JO d’hiver.

Pour revivre l’effervescence des Jeux Olympiques, Coline a fait appel à la générosité des sponsors et de ses fans pour l’aider à supporter les coûts engendrés par une telle compétition. Objectif financier atteint mais faute de résultats suffisants en Coupe du Monde au Japon, Coline n’ira pas à Pyeongchang cette année. Nous avons donc décidé de nous éloigner des Jeux Olympiques et de confronter à l’exercice du questionnaire de Proust cette jeune femme pleine de ressources, qui s’apprête à embrasser une toute nouvelle carrière, loin du ski.

Mon principal trait de caractère ?
Coline : Je dirais la ténacité.

Mon principal défaut ?
Coline : Flemmarde. Je sais, c’est un peu antinomique !

Le pays où j’aimerais vivre ?
Coline : Le Royaume-Uni. J’adore les Anglais, leur culture, leur ouverture d’esprit et l’english breakfast.

Mon héros ou héroïne de fiction ?
Coline : Hermione Granger car sinon Voldemort aurait gagné. Harry Potter n’a rien fait en réalité.

Mon héros ou héroïne dans la vie réelle ?
Coline : Mon papa. Plus je grandis et plus je me rends compte que je lui ressemble et que je réagis comme lui. On a de nombreux traits de caractère en commun. Ce qui avait tendance à m’exaspérer chez lui étant plus jeune m’a en réalité permis de devenir qui je suis aujourd’hui.

Quel personnage j’imprimerais sur un billet de banque ?
Coline : Simone Veil

Si je devais décupler une de mes capacités physiques ?
Coline : L’explosivité.

Un événement sportif qui m’a particulièrement marquée ?
Coline : Les Jeux Olympiques d’hiver en 2014.

Un(e) sportif(ve) que j’admire ?
Coline : Marie Martinod, la skieuse acrobatique spécialiste du half-pipe et également médaillée à Sotchi. Elle a un parcours sportif incroyable.

Si je devais pratiquer un autre sport que le ski ?
Coline : Peut-être de la chute libre pour les sensations, ou sinon de l’escalade, mais certainement pas un sport d’équipe.

Si j’étais un plat ?
Coline : Un hamburger

Si j’étais un film ?
Coline : Clouds of Sils Maria d’Olivier Assayas.

Mon état d’esprit du moment ?
Coline : Comme je ne vais pas aux JO, c’est assez compliqué… Je suis partagée entre la déception et l’excitation des nouveaux projets qui m’attendent. C’est la fin de ma carrière de skieuse, maintenant j’aimerais devenir comédienne.