Aza est l’une des actrices de la nouvelle publicité Tropico. A l’aise dans son époque, comme dans ses baskets, elle passe au-dessus des préjugés et assume sa vraie personnalité en toutes circonstances. Pour Tropico, elle se confie sur son état d’esprit.
 

Salut Aza ! Tu es l’une des actrices ayant participé à la publicité Tropico qui passe en ce moment à la télé, alors c’était comment le tournage ?

C’était top ! Je pense qu’on a tous eu des crampes à force de rire ce jour-là. Je me suis sentie super à l’aise, dans mon élément, parmi tous ces gens passionnés. Ça se sentait qu’on était tous contents d’être là et qu’on voulait donner le meilleur de nous-mêmes.

Comment s’est passée la rencontre avec les autres acteurs ? Vous êtes-vous bien entendus ?

Super bien, une bonne ambiance s’est immédiatement installée. C’est assez fou de tisser des liens aussi forts en aussi peu de temps d’ailleurs, parce qu’on est tous assez différents. Mais je pense que c’est lorsque tu rencontres des gens différents de toi que tu fais des rencontres intéressantes.

« True Colors » (« Révèle tes vraies couleurs »), le nouveau slogan Tropico, est-ce que ça te parle ?

Absolument ! Pour moi, « tes vraies couleurs » c’est tes émotions ou tes convictions. Je pense que l’on est parfois amené à utiliser des couleurs de « façade » pour faire plaisir aux autres, pour se conformer à ce que l’on attend de nous. Je pense que le slogan Tropico pousse justement à casser les codes et à révéler ce qui nous anime, que ce soit accepté par les autres ou non.

Si je te dis « le football c’est pour les mecs » tu me réponds quoi ?

Je pense que je t’étriperais. Avant ça, j’essaierais quand même de te convaincre en te disant que c’est un code qu’on nous a imposé depuis tout petits avec « les jouets pour les garçons » et « les jouets pour les filles », alors qu’il est temps que ça change, parce que ça n’a aucun sens.

Pour toi s’assumer c’est quoi exactement ?

Pour moi, s’assumer, c’est avant tout être capable d’affirmer ce que l’on pense avec les conséquences qui vont avec. C’est défendre quelque chose qui n’est pas forcément accepté, malgré les effets que ça pourrait avoir. C’est une mini-révolution en fait, je trouve ça courageux.

Est-ce que tu peux nous partager 3 choses qui te font kiffer dans la vie ?

Bon le cerceau évidemment, être seule dans une salle de cinéma, et marcher sur la plage de Maroubra à Sydney. (Et je rajoute que j’adore les bouledogues français aussi, mais ça fait 4, tant pis ahah).

Pour finir cette interview on te laisse en grande roue libre, un dernier mot pour la fin ?

Une fois j’étais dans le métro à Paris, et je suivais la conversation de deux vieilles dames qui discutaient. Une des deux a dit « Ce dont tu rêves, c’est trop tard » et j’ai vraiment été marquée, parce que j’ai pris conscience (...) qu’il fallait se dépêcher de réaliser ses rêves. Donc autant le faire maintenant. Qu’est-ce qu’on attend ?