La participation de The Coca-Cola Company à l’émission Cash Investigation diffusée le 11 septembre, consacrée à la pollution plastique, prouve la détermination de l’entreprise à apporter des réponses à cet enjeu majeur. Michael Goltzman, Vice-Président en charge des questions environnementales chez The-Coca-Cola Company, a accepté de répondre en français aux questions d’Elise Lucet, démontrant ainsi notre volonté de transparence et de dialogue.
 

Le constat de la pollution plastique à l’échelle mondiale est alarmant et la situation actuelle demeure inacceptable. The Coca-Cola Company, aux côtés de ses partenaires embouteilleurs et de tous les acteurs impliqués (pouvoirs publics, ONG, industriels, distributeurs), n’a pas attendu Cash Investigation pour jouer son rôle face à ce défi majeur. Notre engagement n’est pas nouveau et a été récemment renouvelé à travers le programme global  « World Without Waste » (« Un monde sans déchets »), qui engage The Coca-Cola Company et ses partenaires dans la poursuite d’objectifs ambitieux d’ici 2030 :

  •  100% de nos emballages recyclables
  • Collecter chaque année l’équivalent de la quantité d’emballages que nous mettons sur le marché
  • Utiliser au moins 50% de matière recyclée dans nos bouteilles en plastique


Ce sont des objectifs ambitieux mais nous n’y parviendrons pas seuls ! The Coca-Cola Company et ses partenaires embouteilleurs locaux travaillent déjà avec les gouvernements, les ONG et d’autres membres du secteur privé pour développer des systèmes de collecte et de recyclage performants à travers le monde.

En réponse au reportage de mardi 11 septembre :

- Les objectifs de notre feuille de route ‘World Without Waste’ sont ambitieux et réalistes
Un certain nombre de pays ont déjà atteint des scores de collecte de près de 100%. En l’espace de 10 ans, des pays comme le Mexique et l’Afrique du Sud sont passés de 10% à plus de 60% de collecte ; L’Estonie a atteint 97% de collecte en l’espace de deux ans. D’autres pays ont déjà un taux de collecte supérieur à 95% : Allemagne, pays nordiques, via des systèmes de consigne notamment.

- The Coca-Cola Company est investie depuis de nombreuses années en faveur du recyclage

Depuis de nombreuses années et dans différents pays, The Coca-Cola Company participe et investit en faveur de dispositifs de collecte, tri et recyclage efficaces et adaptés au fonctionnement local.

Nous avons ainsi investi dans des infrastructures de recyclage en France, en Chine, au Japon, en Afrique-du-Sud, en Équateur, en Colombie, au Costa-Rica, au Guatemala et au Mexique. Nous tentons de reproduire les modèles qui ont connu un grand succès comme le modèle Sud-Africain, en nous adaptant aux spécificités et contraintes de chaque pays.

- Nous avons fait évoluer nos politiques en matière de recyclage
Nous avons pris conscience de l’impact des emballages dès les années 60. Néanmoins au fil des années, les connaissances scientifiques et les possibilités techniques de recyclage ont profondément évolué et nous avons fait évoluer nos pratiques en conséquence. Alors que nous avions à l’époque une approche globale, qui concernait tous les types d’emballages et pas uniquement les bouteilles en plastique ou les canettes, nous adaptons désormais les solutions à chaque marché où nous considérons toutes les options possibles. Parmi ces évolutions figure la consigne, que nous développons dans les pays où les conditions sont réunies : au Canada, en Équateur, en Estonie, en Allemagne ou en Scandinavie par exemple.

- Nous souhaitons aider à développer les infrastructures de recyclage dans tous les pays où nous sommes présents, y compris en Tanzanie
The Coca-Cola Company s’engage à être moteur de l’économie locale dans chacun des pays où nous sommes présents. Il existe encore de nombreux pays où la collecte de bouteilles en plastique et de canettes en aluminium se fait sans encadrement. Dans certains pays, nous avons financé avec les autorités locales des systèmes de collecte qui ont entrainé la création d’emploi. C’est ce que nous comptons mettre en place dans les plus brefs délais en Tanzanie où les systèmes de collecte des déchets plastiques ne sont pas, aujourd’hui, suffisamment structurés. Dans ce pays, nous allons mettre en place un modèle qui a déjà fait ses preuves dans des pays comme l’Afrique du Sud : création de centres de recyclage de bouteilles plastiques, la création d’une économie circulaire et la sensibilisation des populations locales aux bons gestes de tri. En Afrique du Sud, ce dispositif nous a permis de passer d’un taux de collecte de 10% il y a dix ans à 65% aujourd’hui. C’est ce type de solution efficace que nous souhaitons appliquer, demain, en Tanzanie et dans les autres pays où le recyclage se fait sans encadrement.

- Les gestes de tri du quotidien sont déterminants
Nous utilisons différents types d’emballages, afin que les consommateurs puissent choisir le meilleur contenant au bon moment : bouteille en verre, canette métal, etc. De son côté, le plastique PET présente des avantages qui lui sont propres : il est léger, pratique, adapté à une consommation nomade.
Aujourd’hui tous ces matériaux d’emballage sont 100% recyclables mais cela reste sans effet s’ils ne sont pas collectés et triés ! Par exemple, en France, seulement 56% des bouteilles plastiques sont collectées. Le problème s’avère encore plus prononcé dans les grandes villes telles que Paris et Marseille où seule une bouteille sur dix est collectée. Notre effort collectif doit également porter sur la collecte et le recyclage pour une véritable économie circulaire des emballages.
 

En France : des actions concrètes et des ambitions fortes pour 2025


En France, The Coca-Cola Company, avec sa filiale Française, et son partenaire embouteilleur Coca-Cola European Partners sont engagés à atteindre les mêmes ambitions qu’au niveau mondial : tous nos emballages sont déjà 100% recyclables et nous visons 100% de collecte des emballages et 50% de plastique recyclé (rPET) à horizon 2025.

Engagés depuis plus de 10 ans dans le recyclage et l’évolution de nos emballages, les résultats de nos actions sont réels. 6000 tonnes de matériaux ont déjà été économisés en allégeant nos emballages. La totalité de nos bouteilles plastiques, bouteilles en verre et cannettes sont éco-conçues et recyclables. Nous avons d’ailleurs investi directement dans la filière du recyclage avec Infinéo, notre co-entreprise avec Plastipak, en Bourgogne qui recycle 1/3 des bouteilles collectées en France par les collectivités locales (soit 48.000 tonnes de plastique recyclées par an). Aujourd’hui, nous intégrons 27% de plastique recyclé dans toutes nos bouteilles et nous sommes engagés à atteindre 50% d’ici à 2025.

Malgré nos efforts, nous faisons toujours face à la même problématique : nous manquons de bouteilles plastique à recycler ! En France, leur taux de collecte stagne à 56 % depuis plusieurs années alors qu'il dépasse les 90 % dans les pays d'Europe du Nord - à Paris et Marseille, seule une bouteille sur dix est collectée.
Dans la continuité de la feuille de route de l’économie circulaire proposée par le gouvernement, nous continuons de nous mobiliser collectivement pour atteindre des objectifs communs ambitieux. C’est pourquoi nous investissons et collaborons avec les tous les acteurs impliqués afin de modifier nos emballages et processus de production.

Au quotidien, nous mobilisons également nos marques pour encourager les consommateurs à adopter les bons gestes de tri, éviter les déchets sauvages et ainsi également permettre d’augmenter la quantité de plastique recyclé mis sur le marché.. Depuis juin dernier, nous participons à une initiative collective mettant en scène des marques emblématiques de boissons dans le cadre de la campagne « Vous triez, nous recyclons» développée avec Citéo. La campagne s’inscrit également dans un programme d’actions de terrain en partenariat également avec les collectivités de Paris et Marseille, qui vise à améliorer le tri sur les lieux de vie emblématiques (parcs, plages, campus ou aéroports) et de proposer des dispositifs innovants, notamment le déploiement de 70 automates de collecte en magasins (220 sont déjà installés en France, ayant permis de collecter et recycler 90 millions de bouteilles) et l’installation d’un nouveau design de bac de collecte dans la rue à Paris, le Trilib.
De notre côté, nous avons aussi lancé cet été une campagne digitale en propre, baptisée « Trie-Stan », visant particulièrement les jeunes. Un travail que nous poursuivrons au service de la promotion du geste de tri.