Dimanche 26 juin. 14 h. La Fan zone située au pied de la Tour Eiffel à Paris est pleine à craquer. 90 000 personnes sont venues profiter de cet espace de loisirs et de détente avant de suivre le 8e de finale qui oppose la France à la République d'Irlande. Un premier match couperet pour l'équipe de Didier Deschamps. Ambiance.

« On va gagner 2-0 ! », s'écrie Pierre autour d'une partie de baby-foot avec ses potes. « On est arrivés en avance pour passer l'après-midi et profiter de toutes les installations », poursuit son coéquipier Hervé. Situés à deux pas de deux écrans géants qui diffusent tous les matchs de la compétition, une dizaine de baby-foot font face à un mini-stade de foot sponsorisé par Coca-Cola. Composé d'un terrain en gazon synthétique ouvert au public sur réservation où des équipes de 5x5 s'affrontent et de deux grands gradins pour accueillir familles et amis, tout est fait pour que les Parisiens puissent célébrer pleinement cet UEFA EURO 2016™.

Après un petit match entre amis, la Fan zone Coca-Cola était également là pour accueillir et désaltérer les sportifs du dimanche et les familles venues très nombreuses malgré les inquiétudes récentes liées à la tenue ou non des Fan zones en France. « C'est super bien organisé, j'étais déjà venue pour Suisse-France pendant les matchs de poules, raconte Anne, accompagnée de son fils Matthieu. L'ambiance est très bonne et c'est très agréable de venir se promener. Il y a des écrans partout ce qui permet de suivre le match d'où l'on veut et on peut discuter avec plein de monde, c'est très sympa. On passe vraiment un bon moment et en plus il fait beau ! » Que demander de plus ? Une victoire de la France peut-être ?

Coup de « Grizou »

« L'ambiance est chaude mais j'ai un peu la trouille pour la France... », confie David enveloppé dans un immense drapeau tricolore qu'il porte en guise de cape et entouré de trois copains dont l'un est déguisé en licorne bleue. Normal. Une inquiétude que le milieu de terrain irlandais, Robbie Brady, confirme dès la 2e minute du match en inscrivant le premier but de la rencontre sur penalty après une faute de nervosité du milieu de terrain français Paul Pogba. Les supporters qui avaient déjà entonné plusieurs Marseillaise sur le Champ de Mars et même le célèbre « LA… LA, LA.. LA, LA… LALALALALA » de 98 sont sonnés. « On est pas venus pour ça, c'est pas normal. On est chez nous on doit le gagner ce match », réagit excédée Judith, fan de foot... et d'Antoine Griezmann.

Cliquez sur l'image pour voir la galerie photos

Et c'est justement par l'avant-centre de l'Atlético Madrid que le match prend un tout autre tournant à la 58e minute. D'une tête magnifique, en extension, Antoine Griezmann propulse le ballon pleine puissance au fond des filets. Coup de « Grizou » pour les Irlandais. Alors que tout le monde s'accorde à dire que les supporters irlandais sont les plus cool de la compétition, l'heure n'est plus à la fête pour les petits hommes verts. Un revirement de situation que Griezmann vient définitivement sceller trois minutes plus tard avec un doublé d'une frappe puissante. La France est en quarts de finale de son UEFA EURO™.

«On a des places pour le prochain match, s'exclament Stéphane et Julien, deux supporters des Bleus qui portent chacun le maillot de leur joueur préféré… Antoine Griezmann. Deux buts de « Grizou », on est trop contents ! On va aller jusqu'au bout maintenant c'est sûr. On va battre l'Angleterre en 1/4 (ce sera finalement l'Islande, ndlr), l'Allemagne en demi et la Belgique en finale 2-1 sur un doublé de Griezmann. »

Prophétique ? Réponse le 10 juillet sur la pelouse du Stade de France.

« Je n’osais pas trop venir avec les enfants mais finalement l'organisation comme l'ambiance étaient vraiment parfaites », Pierre Bourgeois, supporter des Bleus

Pierre Bourgeois, supporter des Bleus

© Christophe Deneulin

« Ça a été un match très compliqué où on a beaucoup souffert. On a vraiment eu très peur. Puis deuxième période complètement inespérée, c'était un peu la délivrance. Maintenant on sait qu'on a l'étincelle et il faut que ça continue. On sort plus forts de ce match, on a appris sur nous-même, on sait qu'on peut le faire et maintenant c'est à Didier (Deschamps) de mettre ça en place pour qu'on continue aussi bien. J'aimerais dire qu'on a nos chances pour aller au bout mais j'ai encore un peu de mal (sourire). Là c'est juste une petite éclaircie, j'attends vraiment le ciel bleu pour le dire plus franchement. Quoi qu'il en soit, on a passé un super moment de football. Je n’osais pas trop venir avec les enfants mais finalement l'organisation comme l'ambiance étaient vraiment parfaites. Très beau spectacle. Je suis très heureux. »