Tous les indicateurs sont formels : les jeunes bougent de moins en moins. Selon le dernier Eurobaromètre, la France figure même parmi les plus mauvais élèves en Europe.

L’activité physique des 11-17 ans est même moindre que celle de leurs aînés, ce qui devient préoccupant à de nombreux égards. Alors qu’il est conseillé de « bouger » au moins une heure par jour, 57% des jeunes de 11 à 17 ans avouent ne pratiquer aucune activité sportive, en dehors des cours d’EPS. Une situation qui impose d’agir.

Président de la Société Française de Médecine de l’Exercice et du Sport, le docteur Xavier Bigard est le premier à déplorer cet état de fait. « On se rend compte que plus les jeunes grandissent et moins ils sont actifs. Alors que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) préconise de faire 10 000 pas par jour pour être en bonne santé. 75% des Français n’atteignent pas ce chiffre », souligne-t-il. 

« LA RÉVOLUTION NUMÉRIQUE A MODIFIÉ LE COMPORTEMENT DES JEUNES » 

« Pourtant, l’être humain est programmé génétiquement pour bouger. A l’origine, c’était même indispensable pour se nourrir et contrer les périodes de famine. Mais aujourd’hui, nous sommes entrés dans une nouvelle ère, une ère marquée par une alimentation riche. A cela s’ajoute la révolution numérique, qui a contribué à modifier les comportements (surtout chez les jeunes) et accentué les méfaits de la « génération télé ». Les résultats sont là. Les jeunes pratiquent moins d’activité physique et sont plus sédentaires avec le temps qu’ils consacrent aux écrans. C’est une situation regrettable car l’enfance est une période clé, celle pendant laquelle on se construit, on se prépare à la vie adulte, aussi bien émotionnellement que physiquement.

« LE SPORT APPORTE AUX JEUNES UNE STABILITÉ ÉMOTIONNELLE »

Sur ces deux aspects, la pratique sportive apporte des bienfaits considérables. C’est indéniable. » Le docteur Xavier Bigard poursuit : « Sur le plan mental, le sport apporte aux jeunes une stabilité émotionnelle, une maturité, un cadre structurant avec de vraies règles de vie en groupe et bien d’autres bénéfices. Si l’on considère maintenant la dimension purement physique, nous avons la preuve que bouger permet de limiter les risques d’obésité, de diabète, d’hypertension artérielle et même de cancers. Pratiquer un sport permet aussi aux jeunes de construire leurs muscles et leurs os et d’être ainsi mieux armés pour affronter l’âge adulte ».

SENSIBILISER AUX BÉNÉFICES INDISPENSABLES DU SPORT 

« Quand on sait que le niveau d’activité physique chez les jeunes a baissé de 40% ces dernières années, il est primordial de les sensibiliser aux bénéfices indispensables du sport. Il faut aussi favoriser au maximum la pratique sportive avec des programmes comme LE SPORT ÇA ME DIT», ajoute le docteur Xavier Bigard. « Mais je me félicite de savoir que Coca-Cola n’est pas tout seul à mener ce combat. Heureusement, d’autres leviers existent comme l’école, la famille et les villes à l’origine d’initiatives dans ce sens».

L’organisation d’une ville, ainsi que l’investissement des élus pour améliorer les structures sportives et l’encadrement est primordial. Avec l’énergie de tous, nous sommes sûrs que nous pouvons augmenter la pratique sportive des jeunes en France et tout particulièrement chez les filles qui sont les plus concernées par ce manque d’activité physique. Tout un programme pour LE SPORT ÇA ME DIT !

INFORMATIONS :

Vous pouvez contacter le Comité d’Organisation au 01 41 43 10 10 ou sur www.lesportcamedit.com pour vous inscrire.
Vous pouvez aussi suivre notre actualité sur twitter, avec le hashtag #bouger

Venez jouer et vous amuser avec LE SPORT ÇA ME DIT et Coca-Cola France !