Coca-Cola est sponsor officiel de la Coupe du monde de Rugby qui se tiendra en Angleterre du 18 septembre au 31 octobre 2015. Cette compétition internationale réunit 20 nations avec en ligne de mire la prestigieuse Coupe Webb Ellis. À cette occasion, Journey France vous invite à la découverte de la culture rugby et de ses valeurs à travers le globe. Première partie : l’hémisphère sud.

LA NOUVELLE-ZÉLANDE, TERRE SACRÉE DU RUGBY

Nouvelle Zélande

L’Eden Park d’Auckland, le stade de rugby le plus célèbre du monde

© Touchline | Getty Images

Pourquoi les All Black portent-ils le noir ? Après la tournée victorieuse historique de 1905-1906 en Grande-Bretagne et en France (35 matchs, une seule défaite), les joueurs de la première sélection de l’histoire des All Blacks, surnommés « The Originals », adoptèrent le célèbre maillot noir… Un symbole - raconte la légende - du double « deuil » de leurs adversaires...ainsi que de leur appartenance à la couronne britannique, la Nouvelle-Zélande devenant un Etat autonome dès 1907. Extrêmement populaire chez les Kiwis, la discipline se développe alors très vite dans les écoles et notamment les « Native Schools » où les Maoris, population ancestrale de Nouvelle-Zélande, sont très nombreux. Ces derniers retrouvent dans le rugby beaucoup de similitudes avec leur sport de ballon traditionnel: le Ki-o-Rahi (« balle élevée vers le soleil »). À l'inverse des pays européens où les enfants viennent souvent au rugby après avoir essayé d'autres sports, les petits Néo-Zélandais, eux, y jouent dès leur plus jeune âge.

LES ÎLES SAMOA, TONGA ET FIDJI : UN RUGBY AUX ANTIPODES

Samoa

Lors d’un match Samoa-Angleterre en 2014, les joueurs donnent un bel exemple de fair-play

 

© Getty Images

Qui aurait pu croire que le rugby connaîtrait un essor si rapide dans ces territoires du bout du monde ? Le physique hors norme de leurs habitants en a pourtant fait de véritables pépinières de talents. Vélocité, puissance et agilité sont les qualités premières de ces peuples d'Océanie qui ont une identité culturelle commune comme en témoignent notamment les Haka, qu'ils pratiquent en début de match. Les Fidjiens ont d'ailleurs créé en 1939 leur propre chant, le Cibi ( « célébration de la victoire par les vainqueurs ») pour contrer la fameuse démonstration des All Blacks. Ces petits pays - les îles Samoa comptent par exemple moins de 110 000 habitants - ont pourtant offert au rugby mondial de nombreuses têtes d’affiche. C'est le cas de Jonah Lomu, né à Auckland, la capitale néo-zélandaise, mais originaire des îles Tonga ou encore de l’ailier fidjien surpuissant, Sitiveni Sivivatu. Une fuite des talents qui va même plus loin, en raison de l’absence de championnat de rugby professionnel dans ces nations du Pacifique. Les jeunes rugbymen en herbe partent souvent pour la Nouvelle-Zélande afin d’y d'être naturalisés et jouer sous le maillot des All Blacks.

L'AFRIQUE DU SUD, LÀ OÙ LE RUGBY RAPPROCHE LES HOMMES

Afrique du Sud

Qui a dit que le rugby était un sport d’hommes ?

 

© Getty Images

La célèbre image de Nelson Mandela remettant au capitaine des Springboks de l’époque, François Pienaar, la Webb Ellis Cup en 1995, illustre bien la portée positive du rugby au sein de la nation arc-en-ciel. Le rugby a permis d’y faire tomber certaines barrières après des années de ségrégation raciale. Un pas capital est franchi en 1981, lorsqu’Eroll Tobias, le premier joueur non blanc, revêt les couleurs du XV sud-africain. Mais ce n'est qu'avec l'abolition de l'apartheid en 1991, puis l'accès au pouvoir de Nelson Mandela en 1994, que la situation évolue véritablement. Les Springboks, deviennent alors la vitrine d'un pays en pleine mutation et les valeurs de solidarité et de partage du rugby accompagnent le processus de cicatrisation nationale.

LA NAMIBIE, L’AUTRE PAYS AFRICAIN DU RUGBY

Namibie

Du plus vieux désert du monde à la terre promise des terrains anglais, l'équipe de Namibie sera du voyage en septembre prochain.

 

© Getty Images

La Namibie est un petit pays d'Afrique australe bordé par l'Afrique du sud, l'Angola et le Botswana. Il a la densité la plus faible du continent avec seulement deux millions d'habitants. Surnommés les Welwitschias - de la plante qui se développe dans le désert namibien – la Namibie accède au niveau international en 1990 lorsque le pays gagne son indépendance. Pourtant, les afrikaners, les Sud-Africains blancs, avaient importé avec succès le rugby dès 1915. L’antilope, emblème des Springboks, est un symbole de la rivalité entre les deux nations. Bien que présent sur le drapeau de leur pays, l’équipe nationale a donc dû se résoudre à choisir un autre animal. L'aigle de mer, symbole de l'activité maritime namibienne dans l'océan Atlantique, a alors été choisi pour devenir la mascotte des Welwitschias.

L'ARGENTINE, IMPOSER L’OVALIE LÀ OÙ LE BALLON ROND EST ROI

Argentine

Longtemps nation mineure du rugby, l’Argentine rêve maintenant des sommets

 

© Getty Images

Surnommés « les pumas » - bien qu'un jaguar orne en réalité le logo de la fédération - les joueurs de l'équipe argentine disputeront en Angleterre leur 7e Coupe du Monde. Introduit dans le pays par les Britanniques en 1873, le rugby, longtemps réservé à l'élite bourgeoise, a rencontré des difficultés pour se faire une place dans une nation passionnée par le football. Pour preuve, le leader argentin de la révolution cubaine et médecin de formation, issu d’une famille aisée, Ernesto Guevara, lui-même, a joué au rugby pendant de nombreuses années. Une réalité encore renforcée par l'absence de ligue professionnelle de rugby dans le pays. De plus en plus de clubs ouvrent néanmoins leurs portes dans les régions les plus défavorisées du pays céleste, ce qui tend à démocratiser peu à peu la discipline. Les valeurs du rugby : respect de l'autre, solidarité, engagement, sont pour les jeunes joueurs une véritable opportunité de faire des études et d’échapper à la délinquance. Construire le rugby peut donc aussi dans certains cas être synonyme de lutte contre l'exclusion.