Alors que l'UEFA EURO 2016 ™ approche à grandes enjambées, nous rencontrons Kevin, fan de l'équipe d'Angleterre. Le football est toute sa vie et le jeune homme de 26 ans attend avec impatience le début de la compétition. Qu'ils soient Français, Polonais ou Albanais, ces supporters ont en commun une même passion pour le football et un amour de leur pays… à toute épreuve !

Journey : Que représente le foot pour vous ?

Kevin : « Le football c'est à peu près tout pour moi. Mon père m'a transmis son amour de ce sport. Il a été entraîneur et c'est un véritable passionné. J'ai commencé à l'âge de quatre ans et mon rêve absolu aurait été de devenir joueur professionnel. Même si cela n'a pas fonctionné, je continue à regarder dix matchs par semaine, à jouer régulièrement et à me documenter.

Pourquoi les émotions sont-elles si fortes au football ?

On créé une relation d'affection très intense avec le club ou l'équipe que l’on soutient. Plus on est passionné, plus les émotions sont fortes ! Et puis le football est le seul sport à être aussi populaire et à rassembler autant de gens. On peut y jouer partout, tout le temps. En France, la victoire des Bleus en 1998 a encore donné une autre ampleur au phénomène.

Quel est votre plus grand souvenir de l'équipe d'Angleterre ?

Le match Angleterre-Grèce lors des qualifications pour la Coupe du monde 2002. L'équipe devait faire match nul pour se qualifier et nous avons été menés par deux fois. À ce moment-là, c'était vraiment le désespoir… Et puis David Beckham a marqué un but sur coup franc dans les arrêts de jeu et l'Angleterre s'en est sortie ! Après ça, il est devenu une véritable icône au Royaume-Uni !

Portrait de supporter Anglais

David Beckham victorieux après la qualification de l'Angleterre pour la Coupe du monde 2002 

© Danny Gohlke | Getty Images

Et le pire ?

Il y en a plusieurs malheureusement ! Je pense notamment au quart de finale perdu contre le Brésil en 2002 lors de la Coupe du monde sur un lob de Ronaldinho. J'en ai tellement voulu à David Seaman, le gardien de l'équipe d'Angleterre, d'autant que ce but a signifié notre élimination… Il y a aussi le carton rouge de Beckham lors de la Coupe du monde 1998 en France et, en 2010, ce but de Frank Lampard contre l'Allemagne qui a finalement été refusé.

Comment célébrez-vous une grande victoire ?

Je ne vais jamais au bar regarder un match. J'ai besoin de me concentrer. En général je suis assez anxieux. Pendant la rencontre je stresse, j’exulte, j'explose. Quand on est aussi passionné les émotions sont forcément décuplées… Mais je dois dire que finalement, lorsqu'il y a une belle victoire, je la fête assez sobrement avec un ou deux amis.

Comment aborderez-vous un match éventuel entre la France et l'Angleterre ?

C'est tout ce que je ne souhaite pas ! Je déteste ces rencontres. Mon cœur est partagé entre mes origines paternelle et maternelle et je prie pour le match nul ! Et quoiqu'il arrive je me fais chambrer, je suis perdant des deux côtés.

Qui va gagner l'UEFA EURO 2016 ™ ?

Je dirais que la France a de bonnes chances. Le fait de jouer à domicile a souvent une incidence lors des grands rendez-vous. Mais j'espère évidemment que l'Angleterre va aller loin. L'équipe a capitalisé de la confiance depuis plusieurs mois et outre-Manche… ça fait longtemps qu'on attend ça ! »