À l’occasion du tirage au sort des groupes pour l’UEFA EURO 2016™ le 12 décembre au Palais des Congrès à Paris (18h), Journey siffle le coup d’envoi d’une toute nouvelle série de portraits... de supporters. La parole sera donnée à des aficionados venus des 24 pays qualifiés pour la compétition. Pour inaugurer cette tribune de la ferveur autour du ballon rond à travers l’Europe, et faire honneur au pays hôte de ce grand rendez-vous, nous avons rencontré un jeune couple de Français, Stéphanie et Florent, qui partagent tous deux l’amour du football et… du débat !

Journey : Que représente le foot pour vous ?

Stéphanie : « Le foot représente avant tout l’amitié. Un match est toujours l’occasion d’organiser un événement ou une soirée avec des amis. Cela créé du lien social. C’est très fort et cela nous rapproche. »

Florent : « C’est aussi un collectif, une équipe et jouer ensemble. Moi en tant que supporter, je suis toujours impressionné par la performance technique et la cohésion des joueurs. Le niveau est tel que cela en devient beau. Ça apporte aussi beaucoup d’émotion, de frisson, de bonheur et parfois même de tristesse. »

Pourquoi les émotions sont-elles si fortes au football ?

Stéphanie : « Parce qu’il y a de l’empathie. C’est notre équipe, notre pays, nos valeurs. Ils représentent la France et la France c’est nous. »

Florent : « Ouais et quand on perd, on est triste par l’absence du bonheur de la célébration d’une victoire. »

Stéphanie : « Oui et ça nous prive d’un moment de partage avec nos amis. Qu’on gagne ou qu’on perde, on est heureux « ensemble » ou malheureux « ensemble ». Et cela créé encore plus de lien et de souvenirs. »

Quel est votre plus grand souvenir de l’Equipe de France ?

Florent : « La Coupe du monde 98, forcément. On était les meilleurs du monde, on jouait dans notre pays et on battait le Brésil 3-0, avec toute la France derrière. Pour ma génération c’est la plus grande des victoires. En 1984, quand la France est championne d’Europe je venais juste de naître donc je n’ai pas connu. »

Stéphanie : « Pour moi c’est l’EURO 2000. La finale était incroyable. Les Italiens pensaient qu’ils allaient gagner et en fait ils perdent. À ce moment-là, j’avais les larmes aux yeux… J’ai fait l’ascenseur émotionnel. C’était dingue ! Des moments comme ça on veut en vivre tout le temps. C’est ça la magie du foot. »

Florent : « Ouais et bah profite parce que ça peut mettre 40 ans avant que cela ne se reproduise ! (rires)»

Et le pire ?

Stéphanie : « Le coup de tête de Zidane. Je me suis dit, ça y est, tout va basculer. C’était horrible. Et c’est aussi ça le football. En une seconde on peut passer du bonheur au drame. »

Florent : « Ouais… »

Stéphanie : « Juste à cause d’un geste, alors qu’il méritait le mec. »

Florent : « Bah non, dis pas qu’il méritait, il n’avait pas à faire ça. Il avait pas le droit…»

Comment célébrez-vous une grande victoire ?

Stéphanie : « En étant ensemble et en se faisant des bisous ! (rires)»

Florent : « Ouais même à des gens qu’on ne connaît pas dans la rue. Et si c’est c’est vraiment une grande victoire, on va sur les Champs-Elysées pour partager ce bonheur avec la foule. Dans ces moments-là on sent qu’on est tous unis dans un même bonheur. C’est unique. Il n’y a que le foot qui peut procurer ce genre d’émotions collectives. »

Qui va gagner l’UEFA EURO 2016TM ?

Florent : « C’est mathématique. On a gagné en 1984, en 2000, donc on va gagner à nouveau l’année prochaine. C’est tous les 16 ans, c’est comme ça.»

Stéphanie : « C’est la France et on va faire une célébration de malade !!! »