Le hip-hop est une culture de rue très riche qui associe musique, poésie, rap, graffiti et… danse. Elle est d’ailleurs au cœur de l’exposition « HIP HOP, du Bronx aux rues arabes » qui se tient à l’Institut du monde arabe du 28 avril au 26 juillet 2015 et dont le rappeur Akhenaton est le commissaire.

Né dans les années 1970 dans les quartiers noirs et hispaniques de New York, ce mouvement d’un nouveau genre souhaite chasser la violence. Son remède ? Donner aux habitants de nouveaux moyens d’exprimer pacifiquement leur quotidien et de revendiquer fièrement leur appartenance à tel ou tel territoire, quartier ou lotissement. Les affrontements armés deviennent alors des battle de danses lors de « blocks parties » (fêtes de quartier) endiablées. Au programme : Break, Locking, Smurf et plus proche de nous, le Krump. Des styles aux mouvements spécifiques, mais tous rassemblées sous une même tradition résumée en six lettres et un trait d’union : HIP-HOP. Petit pas de danse en images.

Le Breakdance. Acrobaties & figures au sol

Sans aucun doute la plus célèbre de toutes les danses hip-hop. Reconnaissable entre mille, elle se caractérise par des enchaînements de figures acrobatiques au sol plus spectaculaires les unes que les autres. Head Slide, Deadman Float ou encore One-Arm Elbow Track, cette pratique très technique exige des heures d’entraînement et une flexibilité hors-normes. A défaut, on risque la fracture, d’où le nom de la discipline « break », qui signifie « casser » en anglais. 

Danses Hip-Hop Break Danse

© Peathegee Inc Getty

Le Locking. La gestuelle funk

Plus ancienne des danses hip-hop debout, elle tient son nom de son créateur, Don Campbellock, et son groupe « The Lockers ». Née au début des années 1970, le Locking, porté par la popularité de ses créateurs a posé les jalons de toutes les autres danses de rue. Roulés des bras, arrêts sur image, pas de claquettes, sauts… le locking a révolutionné son art. A l’image de ce jeune pris en photo quelques minutes avant son passage lors d’un concours, la tenue même des « Lockers » (à l’origine en noir et blanc) a traversé les générations.

Breakdance

© Universal Images Group, getty Images

Le Smurf ou Electric boogie. De bonnes vibes pour onduler !

Le Smurf se dirait en français « schtroumpf » ! Eh oui. A l’origine, les premiers adeptes de cette nouvelle danse portaient des gants et des bonnets blancs à l’image des petits hommes bleus de notre enfance. Quant à leur danse, il s’agit là non pas de « breaker » mais d’onduler, de la tête aux pieds, pour donner l’impression que le corps se disloque mais sans bouger ! Nom d’un schtroumpf !

Lockers

© Getty Images News

Le Boogaloo. Soul, R'n'B & rythmes afro-cubains

Mélange de mime et de danse de robot, le Boogaloo est une pratique très fluide et plutôt sympa. Créée elle aussi dans les années 1970 par Boogaloo Sam et son groupe The Electronic Boogaloo Lockers, elle puise son inspiration dans les dessins animés et les scènes de la vie quotidienne.

Smurf

© Getty Images North America

Le Krump. Fureur et envoûtement

Né dans les quartiers de Los Angeles au lendemain de l’affaire Rodney King, le Krump est une danse furieuse, aux mouvements disloqués parfois effrayants et dont les pratiquants paraissent envoutés. Son créateur est un éducateur de South Central du nom de Tommy le Clown qui eut l’idée de mettre un terme aux violences en invitant les jeunes des quartiers à purger leurs passions par la danse. Le rendu visuel est tel que le célèbre photographe et réalisateur David La Chapelle en a fait en 2005 un ovni cinématographique brillant du nom de « Rize ».  

Danses Hip-Hop Krump

© David Cooper - Getty