Si le haka est l'apanage des nations d'Océanie, les autres pays du rugby ne sont pas en reste lorsqu'il s'agit de donner de la voix pour leur équipe. Les Anglo-Saxons, en particulier, sont les spécialistes des chants de supporters.

Guerriers, joyeux et souvent émouvants, ils sont devenus de véritables institutions et font partie intégrante de « la culture rugby ». Des plaines brumeuses d’Écosse à la terre ocre d'Australie, voici un tour d'horizon des hymnes sportifs les plus emblématiques de l’ancien empire britannique.

« SWING LOW, SWEET CHARIOT »: L'ANGLETERRE SE LIBÈRE

Le plus célèbre chant du rugby aurait été composé au milieu du XIXe siècle aux États-Unis par Wallace Wallis, un esclave affranchi. Les premières paroles : « Balance-toi doucement doux chariot, venu me porter chez moi », évoquent la libération et la rédemption. Enregistré en 1909, il a ensuite été repris par de nombreux musiciens avant d'être utilisé pour la première fois dans un stade de rugby en 1988. Après une série de défaites, le XV de la Rose l'emporte avec notamment trois essais de l'ailier Chris Otis, premier joueur noir à évoluer sous le maillot anglais depuis 80 ans. Depuis ce jour, « Swing Low, Sweet Chariot » est entonné à chaque match et les supporters anglais aiment particulièrement donner de la voix lors des hakas. L'équipe des Fidji en a fait les frais au début de la Coupe du monde 2015.

« WALTZING MATILDA » : LA VALSE ENFANTINE DU RUGBY AUSTRALIEN

Avant de devenir l'hymne des Wallabies, « Waltzing Matilda » est avant tout une chanson folklorique vieille de plus d'un siècle et connue de tous les Australiens. Elle raconte l'aventure d'un jeune homme qui, après avoir erré dans la brousse à la recherche d'un emploi, vole finalement un mouton et préfère se jeter dans un fleuve que d'être arrêté par la police. Encore une fois, le thème est très éloigné du monde du rugby ! Mais cette histoire porte en elle l'esprit d'aventure des « swagmen » australiens, ces ouvriers qui allaient de ferme en ferme avec leur baluchon sur le dos. Véritable hymne non-officiel chanté par les supporters et les joueurs, « Waltzing Matilda », demeure le chant favori des fans de rugby australiens !

British Fans

Lorsqu'il s'agit de faire la fête et de supporter leur équipe, les Anglais sont rarement les derniers.

© Egerton Mike | Pa Photos | ABACA

« FLOWER OF SCOTLAND » ET « SCOTLAND THE BRAVE » : L'AFFIRMATION D'UNE IDENTITÉ

L’Écosse est une nation du Royaume-Uni. À ce titre, le pays n'a pas d'hymne officiel. Deux morceaux célèbres se disputent néanmoins les faveurs de la population... et des supporters du XV du Chardon. Si « Scotland the Brave » a surtout les honneurs des cérémonies militaires, on entend parfois encore son célèbre solo de cornemuse avant les matchs. Mais c'est « Flower of Scotland » qui obtient l'adhésion du plus grand nombre dès sa création dans les années 60 par le duo The Corries. Chant à la gloire de la beauté des paysages écossais, ces paroles célèbrent aussi la première guerre d'indépendance du pays. Il est utilisé pour la première fois par les supporters en 1974 avant de devenir en 1990, sous la pression de la fédération écossaise de rugby, un hymne officiel chanté à la fois sur le terrain et dans les tribunes

« LAND OF MY FATHERS » : LE PAYS DE GALLES, L'ENCLAVE AUX MILLE HYMNES

Le célèbre « Land of My Fathers », ode aux vertes vallées du Pays de Galles, est chanté en gaélique lors des matchs du XV du poireau depuis 1905 et un match d'anthologie victorieux contre les All Blacks. Comme l’Écosse, le Pays de Galles n'a pas à proprement parler d'hymne officiel mais possède une multitude de chansons populaires reprises avec ferveur pendant les stades. Le chanteur gallois, Tom Jones, a notamment plusieurs fois eu l'honneur d'ouvrir un match au son de «Cwn Rhondda », un cantique religieux dont les paroles furent écrites au XVIIIe siècle. Mais plus encore que le choix des chants, c'est la qualité des chœurs qui fait la renommée des supporters gallois. Quand, dans un même élan, le public entonne a cappella et en langue celte « La terre de mes ancêtres m'est chère, terre de poètes et de chanteurs, d'hommes illustres et d'honneur »... les frissons sont toujours au rendez-vous.

« THE FIELDS OF ATHENRY », « IRELAND'S CALL » ET « A SOLDIER'S SONG »: À CHAQUE MATCH SA CHANSON 

Les joueurs du trèfle ont deux hymnes. Tout d'abord « A soldier's song » (la chanson du soldat), air patriotique et guerrier décrété hymne officiel en 1926 et destiné exclusivement aux matchs nationaux joués à Dublin. Mais fait rare, la Fédération irlandaise de rugby a elle-même passé la commande d'une chanson en 1995 dans le but de fédérer ses supporters. Le musicien Phil Coulter a donc composé « Ireland's Call », chant patriotique appelant à la communion nationale. Repris par les joueurs et le public lors des matchs de l'équipe à l'étranger, cet hymne est porté par la musique du Uilleann Pipe, la cornemuse irlandaise. Enfin, « The fields of Athenry » est considéré comme un hymne non-officiel par les fans de rugby. Chant officiel de l'équipe de rugby de Munster, dont les paroles évoquent la grande famine, il a ensuite été souvent repris lors des compétitions internationales.