À l’issue d’un concours interne de The Coca-Cola Company, Arnaud Leroux était sélectionné pour être envoyé à Rio du 8 au 12 août, au cœur des JO de Rio 2016. Choisi tant pour ses compétences physiques - a participé au triathlon de Deauville et à l’IronMan de Nice en 2015 - que pour son incroyable faculté à communiquer sa passion du sport, c’est avec sa sœur Magali que ce Directeur Commercial et Client de Coca-Cola France a choisi de partir pour son rêve olympique. 5 jours à Rio et des montagnes de souvenirs, de photos postées et d’histoires à raconter !

Sur place, c’est un emploi du temps chargé qui attendait Arnaud Leroux, organisé de A à Z par Coca-Cola. Cela n’a pourtant pas empêché notre reporter en herbe de découvrir l’ambiance des Jeux par lui-même. « En gymnastique, on appelle ça un ‘programme imposé’, rit Arnaud. Mais je n’avais aucune envie de me reposer : j’ai essayé de faire un maximum de chose en cinq jours. Dès qu’on descend de l’avion, on est plongé dans cette atmosphère olympique : les taxis ont des logos ‘Rio 2016’ et à la douane, on tamponne même le logo des Jeux sur votre passeport ! Je n’y ai passé que cinq jours mais j’ai l’impression que c’était un mois ! »

« Pour Arnaud, aller aux JO, était un rêve de petit garçon : c’est un véritable assoiffé de sport !, raconte sa sœur Magali qui l’accompagnait. Il connaissait toutes les règles, m’expliquait toutes les techniques et stratégies mises en place dans les différents sports. Pendant les matchs, il suivait toujours sur son téléphone ce qui se passait sur les autres épreuves. Quand il interrogeait les sportifs, les questions lui venaient très naturellement. Comme il s’intéresse profondément au ressenti des athlètes, il leur posait souvent des questions bien plus pertinentes que la plupart des journalistes… »

Arnaud Leroux : de passionné de sport à journaliste sportif

Avec sa famille, ses amis, voire avec tous les collaborateurs de Coca-Cola, Arnaud tenait à partager au maximum son expérience à Rio. C’est ce qui l’a amené à devenir, le temps d’une olympiade, un véritable reporter Coca-Cola.

“Pendant une semaine, j’ai littéralement mitraillé de photos tous les lieux visités et toutes les personnes rencontrées, raconte-t-il. Dans la rue, on croise des athlètes et des supporters de tous les pays du monde ! Réunies autour de l’amour du sport, toutes ces personnes et toutes ces cultures différentes créent une ambiance presque magique !

“En rentrant à l’hôtel, tard le soir, je partageais en ligne toutes les photos de la journée alors que tout le monde dormait autour de moi, confie Arnaud. Et j’ai eu de nombreux retours de personnes qui étaient contentes de découvrir les Jeux sous un autre angle… Sur le boulevard olympique par exemple, où Coca-Cola a installé sa « Parada » (gare de train en français), la quasi-totalité des immeubles est recouverte
de street-art. Cet envers du décor, on ne peut pas le voir si on n’est pas sur place !”

Le boulevard Olympique, dans le quartier rénové du port, est un lieu de rencontre pour tous les supports des JO de Rio. 

© Arnaud Leroux

#ThatsGold : les instants en or d’Arnaud Leroux

« Sur place, les émotions sont décuplées ! J’ai eu la chance d’assister à deux matchs des Bleus : un match de handball féminin et un autre de rugby masculin. C’était incroyable de réaliser à quel point on se sentait tous portés d’un devoir de soutien envers notre équipe ! La plupart du public est composée de Brésiliens et les Français ne sont souvent qu’une poignée de supporters. J’avais de la peinture bleu blanc rouge et j’en proposais à tout le monde autour de moi ! Supporter, c’était devenu une vraie mission pour moi.

Je me souviens aussi de la ferveur autour des matchs de beach-volley, un sport culte au Brésil ! Nous étions 12 000 dans l’Arena installée provisoirement sur la plage même de Copacabana, en plein centre de Rio. Pour la candidature aux JO de Paris 2024 – que je soutiens de tout cœur – je pense que c’est une très bonne inspiration. C’est incroyable d’amener littéralement les Jeux au sein de la ville, et non pas en périphérie.

« Mais tous mes meilleurs souvenirs sont au Club France – l’ « ambassade olympique » de la France à Rio – qui était installé dans un magnifique club d’équitation, la Sociedade Hipica Brasileira, au bord de la Lagoa de Freitas. C’est le lieu de rencontre de tous les supporters français mais aussi pour les sportifs, une vitrine de la France et de l’esprit olympique. J’y suis allé à plusieurs reprises et j’ai eu la chance d’y croiser l’équipe de France d’aviron qui venait de remporter la médaille de bronze pour le quatre sans barreur. Ils m’ont raconté leur course et J’ai notamment pu soupeser leurs médailles qui sont vraiment très lourdes : ½ kilo tout de même ! Le lendemain de sa défaite en quart de finale, j’ai également rencontré Vincent Anstett au Club France, pour une interview inoubliable (cf. vidéo ci-dessous). C’était une vraie discussion privilégiée !


Même sur le chemin du retour, dans la salle d’embarquement de l’aéroport de Rio, je suis tombé sur Fabien Galthié, l’ancien international français de rugby à XV, qui rentrait à Paris après avoir commenté les épreuves de Rugby à 7. Je n’ai pas pu m’empêcher de lui poser quelques questions sur les différences avec le rugby à XV…  Pendant 5 jours, j’ai réellement vécu dans un monde où le sport occupe littéralement tous les esprits ! J’ai adoré. »

#SomosTodoBrasil

Cliquez sur l'image pour démarrer la galerie

© Arnaud Leroux