En Ukraine où il a vécu pendant deux ans, Mourad n'a pas seulement rencontré l'amour. Il a aussi trouvé le pays qui a ravi son cœur de supporter ! Pour lui, le football est plus qu'un sport, c’est un formidable outil de cohésion entre les peuples. Il se prépare à soutenir l'Ukraine qui disputera le deuxième UEFA EURO™ de son histoire et pourrait bien, selon Mourad, créer la surprise.

Journey : Que représente le foot pour vous ?

Mourad : « J'ai commencé à jouer à l'âge de 10 ans. J'ai immédiatement adoré ça même si j'étais mauvais… Le foot est très important dans ma vie. Je suis lillois mais j'ai déménagé à Marseille parce que c'est une ville qui a une identité de club très forte. Ça paraît fou mais je dirais que ça a motivé 60 % de ma décision ! Le foot est aussi un sport incroyablement symbolique pour comprendre la société. C'est particulièrement vrai en Ukraine où le Dynamo Kiev a longtemps été considéré comme l'équipe nationale en URSS. La couleur du maillot de l'équipe a changé en même temps que celle du drapeau lors de la chute de l’Union soviétique. L'équipe a gagné deux Coupes d'Europe des vainqueurs de Coupe et a une histoire passionnante.

Pourquoi les émotions sont-elles si fortes au football ?

L'Ukraine est un pays en guerre et le football a été une révélation nationale ces dernières années. Les footballeurs sont des gladiateurs modernes, des représentants symboliques qui véhiculent des valeurs positives sur un terrain très médiatisé. Le foot est un jeu dont les règles sont simples et je dirais que les émotions qu'ils provoquent sont à cette image : simples, brutes et accessibles à tous.

Quel est votre plus grand souvenir de l'équipe d'Ukraine ?

Sans aucun doute le match victorieux contre la France lors des barrages pour la Coupe du monde 2014. Les joueurs français s'étaient montrés très prétentieux. Les médias ne croyaient pas du tout en l'équipe ukrainienne. Cette victoire 2-0 faisait d'autant plus plaisir que l'équipe a su montrer toutes ses qualités. C'était un très beau moment et j'ai pu dire à tout le monde : ‘Je vous l'avais bien dit !’

Et le pire ?

Le match retour perdu 3-0 contre la France synonyme de qualification pour les hommes de Didier Deschamps. Je ne croyais pas au sursaut français, j'étais vraiment triste...

Comment célébrez-vous une grande victoire ?

Je regarde souvent les matchs avec mes amis et, après une victoire, je reste joyeux un long moment ! Chez moi les émotions sont intenses et l'euphorie peut durer longtemps. Si je vois pas mal de matchs à la télévision ou sur mon ordinateur, le meilleur endroit reste évidemment le stade ! Je serai d'ailleurs dans les tribunes pour l'UEFA EURO 2016™ et la rencontre entre l'Ukraine et la Pologne au Stade Vélodrome.

Qui va gagner l'UEFA EURO 2016™ ?

C'est une bonne question… L’Allemagne et l’Espagne sont au-dessus mais je pense que la France a de bonnes chances. Ce n'est peut-être pas la meilleure équipe mais elle a un bon tirage, et avec Didier Deschamps tout peut arriver. Une demi-finale pour l'Ukraine ce serait formidable. L'équipe a pris une ampleur nouvelle ces derniers temps et tout le monde commence à s'y intéresser... »