Maxime, originaire de Genève, n'est pas qu'un fan de football. Ce Suisse âgé de 27 ans travaille aussi pour les autres supporters auprès de la Suisse Football Agency et les accompagne à l'étranger lors des grandes compétitions. Il sera évidemment présent en France pour l'UEFA EURO 2016™ pour soutenir son équipe et faire vivre l'événement à ses compatriotes dans les meilleures conditions.

Journey : Que représente le foot pour vous ?

Maxime : « Le foot est ma grande passion depuis l'âge de six ans. Pour moi c'est à la fois un sport et un incroyable vecteur de lien social. Maintenant que j'ai la chance d'avoir un métier lié au football, j'ai transformé le rêve en travail. Je ne pouvais pas imaginer mieux.

Pourquoi les émotions sont-elles si fortes au football ?

Le football est le sport le plus populaire au monde. Il rassemble les gens de toutes les origines aux quatre coins de la planète. Il suffit d'un ballon pour jouer et tout le monde, qu'il supporte un club ou une équipe nationale, peut se sentir concerné. Dans l'équipe nationale suisse il y a des Albanais d’origine et on ne fait pas de distinction. On est tous ensemble derrière l'équipe. En Suisse, on a trois peuples, trois langues et pourtant au foot on parle tous le même langage. Ce sport est un véritable vecteur de lien dans notre pays.

Quel est votre plus grand souvenir de l'équipe de Suisse ?

Je pense particulièrement au match contre la Slovénie en septembre 2014, lors des qualifications pour l'UEFA EURO 2016™. L'équipe était menée 2-0 à domicile contre la Slovénie. Il restait 10 minutes à jouer et là on marque trois buts et on se qualifie !

Et le pire ?

Au Brésil, à Rio lors de la dernière Coupe du monde. Nous étions dans un espace réservé pour les supporters. Je suivais sur écran la rencontre entre la Suisse et la France qui avait lieu à Salvador. On a perdu 5-2, c'était très dur. On a tous essuyé quelques larmes… En plus les Suisses étaient en minorité alors on s'est bien fait chambrer. Même si la rivalité était bon enfant, ça reste mon souvenir le plus douloureux…

Comment célébrez-vous une grande victoire ?

On le fait à plusieurs, ça ne se vit pas seul, il faut partager. Quand on se déplace on fait la fête, on est chauds, on vit le match intensément. On sort dans des lieux festifs pour partager la victoire et plus le match est important plus l'ambiance est festive.

Qui va gagner l'UEFA EURO 2016™ ?

La France joue à la maison et même si la presse est négative cela peut les stimuler. Mais évidemment j'espère que ce sera la Suisse, même si on ne part pas favoris. Nous n'avons rien à perdre, on va jouer sans pression alors qu'en 2008 c'était l'inverse. Les supporters suisses sont très impliqués et seront nombreux dans les stades. Le foot est un des sports les plus pratiqués et il y a un engouement exceptionnel pour l'UEFA EURO 2016™. »