A 22 ans, Hadrian est roumain d’adoption. Passionné par ce pays, sa culture, son football, il ne manque pas une occasion de s’y rendre et de parfaire sa connaissance de la langue. Depuis plusieurs années, il écrit pour le site Footballski, la référence du football dans les pays de l’Est sur internet. Pour lui, le foot est plus qu’un sport, c’est un outil de réconciliation entre les peuples.

Journey : Que représente le foot pour vous ?

Hadrian : « J’ai toujours aimé le football. C’est un sport qui rassemble et fédère plus qu’aucun autre et un véritable espace de dialogue social. À travers l’équipe qu’on supporte, on cherche aussi à véhiculer certaines valeurs. En Roumanie, les rivalités sont très fortes entre les clubs, alors soutenir la sélection nationale c’est aussi regarder dans la même direction et laisser de côté les tensions.

Pourquoi les émotions sont-elles si fortes au football ?

Il y a un réel engouement autour du football, beaucoup de gens se rassemblent pour partager un bon moment devant un match. En Roumanie, par exemple, il y a une rivalité historique avec la Hongrie. Ces vieilles rancœurs se transforment en quelque chose de positif parce que le foot véhicule des valeurs authentiques : fair-play, dépassement de soi, rigueur et surtout, respect de l’adversaire.

Quel est votre plus grand souvenir de l'équipe de Roumanie ?

On ne gagne pas très souvent ! Mais je me rappelle du match victorieux contre la Grèce lors des qualifications pour l’UEFA EURO 2016™. Cette victoire avait un goût particulier parce que la Grèce nous avait éliminés lors des barrages de la dernière Coupe du monde. On a en quelque sorte pris notre revanche !

Et le pire ?

Le match contre la Grèce pour accéder à la Coupe du monde 2014 justement ! On avait la possibilité de gagner et le pays nourrissait vraiment de grands espoirs. On pensait pouvoir enfin se qualifier… Et la Grèce nous crucifie.

Comment sont les supporters roumains ?

Ils sont très fervents. En Roumanie, le foot est vraiment le sport numéro 1. Les supporters se déplacent beaucoup pour leurs équipes, et c’était le cas même pendant les années de disette. C’est aussi un sport très familial, tout le monde s’y intéresse : de la grand-mère de 90 ans aux petits-enfants.

Comment célébrez-vous une grande victoire ?

L’ambiance est très festive. Que ce soit au stade ou devant un écran, je regarde toujours les matchs avec des amis. On chante à la gloire de l’équipe et on sort les drapeaux !

Qui va gagner l'UEFA EURO 2016™ ?

Je mets une pièce sur l’Allemagne. Mais je crois que l’Espagne et la France ont également de bonnes chances. La Roumanie devrait pouvoir sortir de la phase des groupes et se faire éliminer ensuite. Mais encore une fois, sur un match, tout est possible… »