Les Bleus sont en 8e de finale de l’UEFA EURO 2016™. Peuvent-ils inscrire un 3e titre européen et confirmer le scénario d’une victoire de la France dans cette compétition tous les 16 ans ? Réponse avec Monsieur Alain Giresse, vainqueur de l’UEFA EURO 1984™.

Comment avez-vous vécu votre victoire en 1984 ?

« C’était une victoire de la France dans son ensemble, dans toute sa composition. Un rassemblement fédérateur de tous les Français confondus. Après, il faut laisser les choses à leur place. Un titre de champion d’Europe c’est fabuleux mais si ça réglait tous les problèmes d’un pays ça serait beau. Il ne faut pas donner au sport une importance qu’il n’a pas. Si le foot pouvait donner du travail à tout le monde je serais le premier à applaudir.

Mais ça fait du bien quand même…

Profiter d’un moment intense et que tout le pays se sente représenté par son équipe est toujours appréciable. Et le souvenir que cela laisse aussi. Mais ce n’est pas non plus un coup de baguette magique, il ne faut pas faire d’amalgame.

Pourquoi les émotions sont-elles si fortes au football selon vous ?

Je ne suis pas objectif pour répondre à cette question. C’est le plus beau sport au monde. Mon père jouait au foot et dès que j’ai su marcher, je tapais dans un ballon. Personne ne pourra jamais me dépassionner.

Quel est le pire souvenir de votre carrière ?

Il n’y a pas de pire moment.

Même pas la défaite en demi-finale de coupe du monde en 1982 à Séville ?

C’est un souvenir très cruel c’est sûr. La cicatrice a encore du mal à se refermer. On pourrait dire que c’était extraordinaire, d’accord, mais au bout du compte on est éliminés et jamais rien ne pourra faire accepter cette finalité. Rien n’enlève la cruauté vécue.

Mais cela a au moins posé les bases du plus grand moment de votre carrière, la victoire à l’UEFA EURO 1984™ ?

Oui, c’était une immense joie. Nous avons partagé un grand moment de bonheur avec tout le monde. Les gens étaient heureux, fiers et nous félicitaient. Nous avons eu le sentiment d’avoir franchi un palier, d’entrer dans une autre dimension.

Alain Giresse : « Remporter l’UEFA EURO 2016TM tous les 16 ans ? Et pourquoi pas ?! »

Alain Giresse, comme une image 

© Yannick Marrot

Comment avez-vous célébré cette victoire ?

Très sobrement, avec toutes les familles. Ce qui nous tardait c’était de redescendre dans nos villes. Moi je vivais dans un village à côté de Bordeaux et quand je suis rentré, un touriste qui passait par là est entré chez moi pour me prendre en photo. C’était très drôle.

16 ans plus tard, la génération de Zizou remporte l’UEFA EURO 2000™. Pensez-vous que l’histoire puisse se répéter cette année ?

Ça serait énorme tous les 16 ans ! Pourquoi pas ?! Après il faut se rappeler certaines différences. En 84 comme en 2000, ces deux titres reposaient sur une base : la Coupe du monde 82 et la Coupe du monde 1998. La victoire en 2000 était une confirmation d’une suprématie mondiale. Une période de grâce pour le football français. En 2016, nous n’avons pas de référence. Mais quoi qu’il en soit, il ne faut pas avoir de complexe car aucune équipe ne survole la compétition. Il faut se servir d’être à domicile, c’est un atout.

Quel rôle peuvent avoir les supporters justement dans une possible victoire de la France le 10 juillet ?

Tous les supporters ont un rôle énorme à jouer, c’est un avantage fantastique. En 1984, les supporters nous boostaient à chaque match, mais il ne faut pas que cela tétanise. Au contraire, il faut que cela galvanise. Et si on a battu l’Allemagne à domicile (match amical le 13/11/15 remporté 2-0 par l’Equipe de France, ndlr), nous sommes capables de battre toutes les équipes. »