Aucun doute, les Brésiliens connaissent leurs plages. En se promenant le long des plages de Rio de Janeiro, où se tiennent certaines épreuves des JO 2016, il saute aux yeux que, loin de se prélasser sur le sable fin, les Cariocas préfèrent souvent s’adonner à toute une panoplie de jeux locaux. Zoom sur trois sports uniques qui font la renommée de Rio.

Footvolley

© André Teixeira | Journey Brazil

Futevôlei : le plus acrobatique

Parfois, la meilleure manière d’occuper un après-midi à Rio, reste de prendre une chaise à l’un des kiosques des plages de Copacabana ou d’Ipanema, de commander un Coca-Cola et de s’installer confortablement pour profiter du spectacle qu’offre un match de futevôlei ou footvolley. Vous devinez peut-être, d’après le nom, l’essence de ce sport. Il s’agit, à la base, de beach-volley en double. Mais au lieu d’utiliser leurs mains, les joueurs se servent de leurs pieds (et de leur tête). Cela vous semble facile ? Songez-y à nouveau.

Alors qu’au volleyball, vous pouvez sauter les bras tendus pour marquer, au futevôlei, vous devez lancer votre jambe le plus haut possible pour frapper le ballon dans les airs. Le résultat est parfois acrobatique, les athlètes contorsionnant leur corps bronzé dans des figures quelque peu inhabituelles. La totale flexibilité athlétique des grands joueurs de futevôlei est stupéfiante, un parfait emblème de la beauté des sports de plage brésiliens. Ce sport a été créé sur les plages de Rio dans les années 1960. Les Brésiliens prennent le futevôlei bien plus au sérieux qu’on ne pourrait le penser. Des championnats sont organisés chaque année et mettent en compétition certains des meilleurs athlètes du pays.

Frescobol

© luoman | Journey Brazil

Frescobol : le plus populaire 

Le frescobol est, au premier abord, un jeu plutôt simple. Prenez deux raquettes en bois, juste un peu plus grandes que des raquettes de ping-pong, une balle en caoutchouc juste un peu plus grande qu’une balle de ping-pong et faites des échanges avec votre adversaire sur la plage. Aujourd’hui, on trouve des joueurs de frescobol en bikini ou en caleçon de bain sur toutes les plages d’Europe. Mais les Brésiliens revendiquent son invention et, en dignes inventeurs, l’élèvent à un tout autre niveau.
Sur la plage de Copacabana, les Brésiliens définissent des zones de frescobol : des sections délimitées par des filets, leur permettent de jouer à fond sans devoir aller chercher la balle trop loin. Les compétitions féroces du dimanche matin opposent des hommes, semblant physiquement mieux taillés pour le football, qui frappent la balle de toute leur force dans des échanges au rythme effréné, faisant monter de la plage des « pops » incessants. Et comme au futevôlei, d’intenses tournois de frescobol sont organisés chaque année pour couronner le roi et la reine du sable. Il existe même une journée officielle du frescobol.

Altinho

L’Altinho
: le plus discuté

En vous baladant le long des rivages d’Ipanema, vous verrez des dizaines de ballons de football voler dans les airs tout près de l’eau. Il s’agit de l’altinho, un jeu extrêmement populaire, et controversé, joué sur les plages de Rio. Les règles sont simples : de petits groupes de trois ou quatre joueurs se renvoient un ballon sans qu’il ne touche le sol.
Cependant, tout comme les ballons dans un parc, le jeu a été officiellement banni des plages, en raison des inévitables bagarres qui éclatent lorsqu’un ballon perdu tombe en plein sur le cocktail d’un as de la bronzette. Malgré l’interdiction, ce jeu reste l’un des plus populaires de Rio. Chaque dimanche, des Cariocas, torses-nus, profitent ainsi de ce petit jeu de plage, faisant s’élever des dizaines de ballons dans les airs. Contrairement aux autres sports de plage brésiliens, il est très facile de prendre une partie d’altinho en cours de route, car elle ne comporte bien souvent ni début, ni fin. Alors si vous êtes à Rio et que les sports de plage vous tentent, approchez un groupe de joueurs d’altinho et demandez à participer. C’est probablement l’acte illégal le plus fun au monde !