Cela fait désormais 20 ans que Ted Ryan prend soin des Archives Coca-Cola, à Atlanta (États-Unis). Un peu plus chaque année, il les enrichit de nouvelles pièces, les documente et les fait découvrir à ses collaborateurs. Pour ce passionné, le patrimoine de la compagnie rouge et blanc se conjugue au passé comme au futur. À l’occasion de la grande enchère Coca-Cola qui s’est tenue à Paris le 7 octobre, portrait en 10 photos de celui pour qui l’histoire de Coca-Cola n’a plus aucun secret.

Comment résumeriez-vous votre travail ?

Une publication partagée par Coca-Cola Archives (@coke_archives) le


En qualité de responsable des Archives de The Coca-Cola Company, ma mission consiste à préserver et à protéger les archives physiques et numériques pour les mettre à la disposition de nos associés partout dans le monde. Nous sommes les gardiens des marques de l’entreprise et de son patrimoine historique. Nous prenons soin à la fois de chaque objet mais aussi des histoires qui y sont associées.

Votre quotidien en un mot ?


À ce poste, il n’y a pas deux jours qui se ressemblent : parfois je rédige des histoires ou j’organise des expositions ; d’autres jours, j’assure une visite guidée pour une nouvelle agence publicitaire. Ma principale mission reste pourtant de répondre aux questions des équipes Marketing qui touchent au patrimoine des marques et des icônes de The Coca-Cola Company. Nos documents ont par exemple démontré que la France a été le premier pays d’Europe à mettre Coca-Cola en bouteille, dès 1919 !

L’objet de la collection que vous préférez ?


L’objet que je préfère est la peinture et l'affiche de 1946 « Yes Girl ». C’est l’œuvre du maître de l’illustration, Haddon Sundblom. Même si elle est très simple, elle a remporté la quasi-totalité des prix publicitaires de 1946. L’image est magnifique et a inspiré une partie des photographies de la nouvelle campagne « Savoure l’instant ».

La pièce la plus précieuse des Archives Coca-Cola ?


Les œuvres peintes originales utilisées dans nos publicités sont toutes des pièces uniques et constituent la colonne vertébrale de la collection. Nous disposons par exemple des originaux du Père Noël Coca-Cola, mais aussi de nombreuses œuvres du célèbre illustrateur Norman Rockwell, soit plus de 4 000 pièces.

Le slogan Coca-Cola que vous préférez ?

Not very often we get the chance to show the full 1932 LA Olympic Games window display! It sure is beautiful! #olympicgames #la2028 #la1932

Une publication partagée par Coca-Cola Archives (@coke_archives) le


J’aime tout particulièrement deux slogans. The Pause that Refreshes (« la pause qui rafraîchit ») a été utilisé pendant près de 40 ans ! Créée par Archie Lee et Robert W. Woodruff en 1928, cette accroche simple invite chacun à se détendre et à profiter du moment. Elle reste intemporelle. Le second slogan est Things go Better with Coke (« Tout est meilleur avec Coca-Cola »). Apparu en 1963, il a été imaginé par Deony Sledge, Directeur de la publicité de Coca-Cola, et par Bill Backer, l'un des dirigeants de l'agence McCann – également à l’origine du célèbre spot « Hilltop ». Il est intéressant car il allie une dimension fonctionnelle – Meals Go Better with Coke (« Les repas sont meilleurs avec Coca-Cola) – et une dimension d’inspiration – Love Goes Better with Coke (« L’amour est meilleur avec Coca-Cola »).

Sur quels nouveaux produits avez-vous travaillé ?


Nous travaillons toujours avec des agences publicitaires et de marques. La nouvelle bouteille Fanta a, par exemple, été inspirée par des pièces de nos archives.

L’aspect de votre travail que vous préférez ?

I love the stylish "CC" on her purse! ^TR #cokeart #cocacola #cocacolacollection

Une publication partagée par Coca-Cola Archives (@coke_archives) le


Ce que je préfère dans mon travail, c’est de raconter de belles histoires sur nos marques et nos icônes. Je forme et informe en permanence de nouveaux collaborateurs et des directeurs de marques sur la richesse de notre patrimoine. Mon équipe rassemble des experts du domaine et nous communiquons ces histoires aux différents pays, pour leur permettre d’envisager notre parcours sous un jour nouveau. Nous sommes actuellement concentrés, par exemple, sur la diversification de notre portefeuille. Il faut rappeler que nous nous inscrivons là dans une longue tradition : entre 1955 et 1965, nous avions déjà lancé Fanta, Sprite et Tab (notre première boisson basses calories), fait l’acquisition de Minute Maid – devenant ainsi un groupe de jus de fruits –, et lancé une gamme de cafés et de boissons pour cocktails. Comme dit Shakespeare : « Le passé est un prologue ».

Votre saison de l’année préférée ?


J’adore Noël. dès le mois de Novembre, je commence à installer des illuminations. Pour la façade et pour le jardin, je peux utiliser jusqu’à 20 000 lumières certaines années !

Le dernier objet dont vous avez fait l’acquisition ?

Pour l’heure, ma dernière acquisition est le programme d’une série de concerts des Beatles de 1966 en Allemagne, qui comporte au verso une publicité Coca-Cola. C’est ’une acquisition magnifique que nous avons acheté la semaine dernière.

Si vous deviez placer un objet dans une capsule temporelle ?

La formule secrète... pour qu’elle le reste !

 

 Que vous inspire la collection d’Antonio Goncalves, objet d’une grande vente aux enchères à Paris ?

La collection d’Antonio Goncalves comprend de nombreuses pièces magnifiques : ces enchères sont un vrai événement ! La version mexicaine des policemen sortie d’école [enseignes mobiles Coca-Cola destinées à ralentir les automobilistes, ndlr] m’a impressionné. Je m’intéresse beaucoup aux objets créés dans d’autres pays que les États-Unis, et j’ai été fasciné par le nombre considérable d'affiches et d’objets publicitaires provenant des Pays-Bas, de France et de Belgique.