L’historienne Justine Fletcher, des archives d’Atlanta, était de passage chez Coca-Cola France pour une conférence. Après sa rencontre avec les collectionneurs du salon de Coca-Cola à Londres, elle a choisi de partager avec ses collaborateurs français son travail et ses découvertes sur l’histoire de Coca-Cola… et ses nombreuses anecdotes !

De nos jours, Coca-Cola vend plus de 1,8 milliards de boissons par jour. Mais Justine Fletcher a décidé de raconter l’époque où il ne s’en vendait que 9…

Atlanta, Géorgie : aux origines du Coca-Cola

En 1886, John Stith Pemberton invente une nouvelle boisson qu’il met à la vente dans la pharmacie Jacobs. « Mais tout le mérite de la marque Coca-Cola revient à un homme de l’ombre, explique Justine Fletcher. C’est Franck Robinson, le comptable du ‘doc’ Pemberton, qui a eu l’idée du nom « Coca-Cola », de cette allitération des deux « C ». C’est aussi lui qui choisit cette calligraphie tout en courbes qui n’a absolument jamais changé ! »

Dans ses locaux basés à Atlanta, là où tout a commencé, Justine Fletcher travaille avec Ted Ryan, le directeur des archives. Elle recense toutes les nouvelles entrées et a vu passer sous ses yeux une incroyable panoplie d’objets qui portent la marque Coca-Cola. « Le rôle des archives est d’apprendre l’histoire de la compagnie et de la restituer au public comme aux collaborateurs : « Nous possédons par exemple plus de 2 000 objets d’art et même de nombreuses toiles. Mon but est de sensibiliser à la longue histoire de Coca-Cola. »

Coca-Cola et la France : une longue histoire

En 1919, la bouteille de Coca-Cola débarquait pour la première fois en France. Il faudra pourtant attendre dix ans pour voir apparaître la première usine en France. À Paris, Justine Fletcher est venue souligner plus de 90 ans d’histoire partagée avec les Français.

« En France, on trouve une culture des cafés et des terrasses alors qu’aux Etats-Unis la vente à emporter prédomine, comme avec les fontaines à soda. Coca-Cola a dû s’adapter à cette culture et à ces traditions. Le vrai défi a été de faire comprendre que Coca-Cola devait toujours être servi très frais, ce qui n’était pas toujours une évidence dans les cafés français à l’époque ! »

 

La France est aussi un des pays qui s’est le plus approprié cette marque. « Tout le monde connaît l’ours polaire de Coca-Cola, mais peu savent que c’est une invention de la France, souligne Justine Fletcher. C’est sur une affiche française qu’il apparaît pour la première fois, en 1922. »

« Une approche historique qui ne peut que nous séduire ! »

Installé parmi les collaborateurs de Coca-Cola France, le jeune Alp Caglar, 24 ans, est entré dans cet univers il y a seulement 3 mois. Sa grande découverte ? Le rôle de Coca-Cola durant la Seconde Guerre Mondiale.

 

« Je ne savais pas du tout à quel point Coca-Cola s’était engagé dans cet effort de guerre, à la fois auprès des soldats mais aussi des citoyens restés en arrière, rapporte-t-il. J’ai aussi compris ce qui peut rendre cette marque si désirable. Justine Fletcher a une approche historique qui ne peut que nous séduire ! ».

Quand la conférence touche à sa fin, les questions fusent parmi les collaborateurs. Combien de personnes connaissent réellement la célèbre formule secrète ? « Seulement trois, répond l’historienne. Ces trois personnes sont donc obligées de ne jamais voyager ensemble ! ». Le secret de la recette reste bien sûr intact, mais dans sa conférence, l’historienne aura réussi à transmettre tout son enthousiasme et toute sa passion pour le monde de Coca-Cola.