Peut-être avez-vous déjà entendu dire que, traduit en chinois, Coca-Cola signifiait « mordre le têtard de cire ». Pour certains, il s’agirait simplement d’une légende urbaine. Pourtant, cette histoire est bel et bien vraie. Mais la traduction n’est pas née comme vous pourriez l’imaginer…

En 1927, lorsque la vente de Coca-Cola a débuté pour la première fois en Chine, il paraissait évident que le nom de la marque devrait être translitéré en caractères chinois. Afin de trouver l’équivalent phonétique le plus proche de « Coca-Cola », il convenait d’utiliser un caractère chinois pour chacune des quatre syllabes. Sur les près de 40 000 idéogrammes existants, 200 environ correspondaient aux sons recherchés, mais plusieurs d’entre eux devaient être bannis du fait de leur signification.

Au cours des recherches menées pour trouver les quatre caractères les plus adéquats, les collaborateurs de la marque ont constaté qu’un certain nombre de commerçants avaient, eux aussi, recherché des équivalents chinois pour transcrire Coca-Cola, mais que les résultats étaient pour le moins surprenants. Certains avaient en effet créé des panneaux parfaitement aberrants, en choisissant des groupes de caractères qui sonnaient vaguement comme « Coca-Cola », mais sans accorder d’importance au sens qu’ils véhiculaient. Lu à haute voix, l’un de ces panneaux maison présentait effectivement les mêmes sons que « Coca-Cola », mais les caractères signifiaient plus ou moins « jument fixée à la cire ». Un autre « mordre le têtard de cire ». C’est de là qu’est née la légende. La traduction malheureuse venait de Chine mais The Coca-Cola Company n’y était pour rien !

Le caractère pour « cire », prononcé [la], figurait dans les deux panneaux, parce que c’est le son que les créateurs recherchaient. Or, quiconque sait parler chinois constate immédiatement que tout cela n’est qu’une tentative grossière de créer une combinaison phonétique arbitraire. En découvrant le sens, il aura tôt fait de rire.

« K'o K'ou K'o Lê »

Alors que Coca-Cola ne s’était soucié dans un premier temps que de l’équivalent phonétique de son nom, les collaborateurs, en revanche, ne pouvaient ignorer le sens des caractères, pris individuellement et collectivement, contrairement aux commerçants qui ne s’en étaient pas inquiétés. Le choix de la langue s’est naturellement porté sur le mandarin, langage utilisé par la majorité des Chinois. L’équivalent mandarin le plus proche de Coca-Cola était « K'o K'ou K'o Lê. » Les sons aspirés - signalés par l’apostrophe - s’imposaient pour s’approcher au plus près de l’anglais. Étant donné qu’il n’existait en chinois aucun caractère adapté se prononçant [la], le choix s’est porté sur [lê] (la joie), prononcé approximativement [ler].

Chaque idéogramme chinois possède plusieurs significations, selon le contexte, mais « K'o K'ou K'o Lê » signifie généralement :

La combinaison créée pour la marque signifiait donc « le bonheur en bouche », en mettant l’accent sur le plaisir que l’on pouvait ressentir à la dégustation d’un Coca-Cola. Un véritable coup de chance !

Lorsque cette marque a été déposée en 1928, le chinois s’écrivait essentiellement à la verticale et se lisait de haut en bas et de droite à gauche. Les deux caractères de droite signifient « boire », puis viennent la marque chinoise et l’expression « délicieux et rafraîchissant ».

Pour rappel : Coca-Cola a été commercialisé pour la première fois en Chine en 1927. Les ventes ont ensuite été suspendues en 1949. Ce n’est qu’en janvier 1979 que les premières livraisons de Coca-Cola ont repris en Chine.

Si vous disposez de photos illustrant la présence de Coca-Cola en Chine, nous serions ravis de les découvrir. Partagez vos photos sur notre compte Twitter : @cocacolafr avec le hastag #CocaColaJourney