Vicksburg, petite ville au bord du Mississippi, dans l’État du même nom. Un certain Joseph (Joe) Biedenharn, confiseur, vend avec succès du Coca-Cola qu’il tire de sa fontaine à soda.

LE CONFISEUR QUI CONDITIONNA COCA-COLA

JOE installe dans un coin de son magasin une machine de mise en bouteille et commence à vendre des caisses de Coca-Cola. Jusqu’à l’été 1894, la petite entreprise conditionne les bouteilles une par une, permettant aux travailleurs du bois locaux d’emporter leur boisson avec eux.

 


 

Fier de sa trouvaille, Biedenharn envoie 12 de ses bouteilles à Candler, qui ne se montre guère enthousiaste. Bien que brillant et inventif, Candler n’a pas compris à l’époque que le Coca-Cola gagnerait à être conditionné dans des bouteilles que les clients pourraient transporter partout avec eux. Cinq ans plus tard, en 1899, deux juristes de Chattanooga, Benjamin F. Thomas et Joseph B. Whitehead, lui achetèrent pour un dollar symbolique l’exclusivité des droits de mise en bouteille et de vente de la célèbre boisson.