Depuis 130 ans, Coca-Cola accompagne de nombreuses générations de consommateurs à travers le monde. La marque est désormais associée dans leur mémoire à un petit, voire un grand moment de leur existence. À l'occasion du lancement de la campagne « SAVOURE L'INSTANT » qui fait la part belle aux sensations et à ces instants Coca-Cola privilégiés, cinq fans reviennent sur un souvenir particulièrement fort associé à leur boisson préférée.

Julia, 32 ans, Villeparisis

« Au début de ma grossesse, mon mari et moi étions en vacances et échangions des idées de prénoms pour notre futur bébé. J'ai tenté de le convaincre de choisir Alicia pour une fille mais il n'était pas totalement partant. À notre retour, nous nous sommes arrêtés pour manger et j'ai trouvé une bouteille de Coca-Cola avec le prénom Alicia. Je l'ai immédiatement achetée et lui ai tendu en souriant. Je ne sais pas si c'est à ce moment-là qu'il a accepté... mais notre fille s'appelle aujourd’hui Alicia ! »

Magali, 32 ans, Compiègne

« Lors d'un voyage en Chine, j'étais logée dans la famille d'une amie. Je me souviens de sa grand-mère âgée de 93 ans. Une femme qui avait connu une autre Chine, et dont le passe-temps favori était de regarder les matchs de ping-pong à la télévision ! À ses pieds, il y avait toujours une bouteille de Coca-Cola. Plus question à son âge de se conformer à la traditionnelle tasse de thé. De son enfance dans un quartier traditionnel de Pékin à ce building dans la banlieue de la capitale, elle avait su adapter sa vie au changement. Je me suis alors demandé si la marque Coca-Cola avait conscience de son impact et de l'importance du lien qu'elle entretenait sans le savoir, avec des personnes si différentes, si riches et dans un monde si multiple. »

Laura, 29 ans, Paris

« Coca-Cola fait automatiquement référence au souvenir des fêtes de famille chez ma tante. Avec mon petit frère, nous avions à cette occasion le droit de boire UN verre de Coca-Cola chacun qui nous était servi en début de repas. Mon frère se jetait sur ce qui était pour nous le Graal et engloutissait son contenu bruyamment. Pour ma part, je le sirotais à une lenteur excessive si bien qu'alors que le verre de mon frère restait désespérément vide, le mien était plein. À la fin du repas, mon Coca-Cola n'avait plus son délicieux goût rafraîchissant mais je me délectais de boire le liquide tiède même dépourvu de bulles... Et de voir mon petit frère enrager de ne plus en avoir ! »

Clarisse, 45 ans, Montréal (Canada)

« En décembre dernier, après un voyage en France où je suis née et où je n'étais pas retournée depuis plus de 15 ans, j'ai pris un Coca-Cola light dans l'avion qui me ramenait au Canada. Bien frais, avec beaucoup de glace, il avait le goût de tous les souvenirs de ce merveilleux séjour. »

Frédéric, Badalona (Espagne)

« En 1992, lors des Jeux olympiques de Barcelone, j'ai commencé à acheter des pin's et des objets Coca-Cola. À cette occasion, j'ai rencontré la plupart des collectionneurs qui sont encore mes amis les plus proches aujourd'hui. C'est la meilleure chose que m'ait apporté ma collection, et c'est à Coca-Cola que je le dois. »