Le 16 novembre prochain, l'association Force Femmes, va remettre le Prix de la Créatrice d’entreprise 2015 au théâtre de la Michodière. Créée par Véronique Morali et désormais dirigée par Françoise Holder, Force Femmes est spécialisée dans l'accompagnement de femmes de plus de 45 ans dans leur retour à l'emploi. L'association soutient également celles qui se lancent dans l'aventure de la création de leur propre emploi ou d'une entreprise. Le jury décerne trois récompenses : le Prix Commerce-Artisanat, le Prix Services et le Prix Coup de cœur du Jury. Cette aide permet aux lauréates de penser à l'avenir et d'envisager des perspectives de développement. Coup de projecteur sur les dix finalistes et leurs projets.

© Sabine Mirlesse

« Le dispositif 'Motiver pour créer' de Force Femmes m'a aidé à formaliser mon offre », Catherine Blot, 52 ans, Paris. La Fabrique du Retail

Après plus de 20 ans passés dans un grand groupe de luxe et un licenciement en 2013, Catherine décide de créer « La Fabrique du Retail ». Au départ hésitante quant à son projet, elle confie: « Le dispositif 'Motiver pour créer' de Force Femmes m'a aidé à formaliser mon offre.» Son entreprise s'adresse aux jeunes pousses dans les métiers d'arts et propose un accompagnement sur quatre niveaux : construction, pilotage, animation et déploiement du réseau.
Catherine a également eu la chance de recevoir les conseils avisés de la présidente de Force Femmes, Françoise Holder. « Elle avait peu de temps mais était vraiment convaincue pour moi et surtout très encourageante.»

© Sabine Mirlesse

« Je n'ai pas le parcours habituel d'un caviste et ma sélection est celle d'une femme », Isabelle Larenaudie, 57 ans, Paris. Les Petits Domaines

Après plusieurs vies professionnelles, Isabelle se lance il y a un an et demi dans l'entrepreneuriat avec l'ouverture de sa cave à vins : Les Petits Domaines. Le concept ? Proposer des vins issus de filières respectueuses de la nature : biologiques, biodynamiques ou provenant de l'agriculture raisonnée. Passionnée et consciente de son profil atypique, Isabelle confie ses ambitions : « Je n'ai pas le parcours habituel d'un caviste et ma sélection est celle d'une femme. Mais je veux faire découvrir de nouveaux produits et les mettre en adéquation avec le bon consommateur ». Pour elle, Force Femmes a été un tremplin : « Je doutais de moi, de mes compétences. La session m'a donnée la confiance qui me manquait pour me lancer. »

© Sabine Mirlesse

« Je ne trouvais pas de poste correspondant à mes attentes, alors j'ai décidé de bâtir mon propre emploi », Anne Mira, 55 ans, Marcy l’Étoile (69) Anne Mira EIRL

Alors qu’elle était encore étudiante, Anne nourrissait déjà le rêve de se mettre à son compte. Un licenciement fin 2012 la pousse à formaliser son ambition : ressusciter le bureau de création qu'elle avait dirigé au sein d'une entreprise pendant de nombreuses années. « Je ne trouvais pas de poste correspondant à mes attentes, alors j'ai décidé de bâtir mon propre emploi ! », raconte-t-elle aujourd'hui. Elle propose son savoir-faire et dessine puis vend pour des fabricants français, indonésiens et même chinois.

© Sabine Mirlesse

« Cette activité me ressemble. On ne s'ennuie jamais dans le commerce ambulant, c'est tous les jours différent », Mathilde Chapelle, 50 ans, Lyon. Morgane & Co

Mathilde a décidé de créer son entreprise alors qu'elle était au chômage depuis un an. Arrivée chez Force Femmes avec plusieurs idées, elle décide finalement de se lancer dans l'aventure du food truck. Elle sillonne désormais Lyon au volant de sa crêperie mobile le « Morgane & Co » et propose des repas équilibrés réalisés à partir de produits locaux issus de l'agriculture raisonnée. Mathilde n’a plus aucun doute, elle a trouvé sa voie : « Cette activité me ressemble. On ne s'ennuie jamais dans le commerce ambulant, c'est tous les jours différent ! »

© Sabine Mirlesse

« En un mois et demi, j'ai eu l'idée, monté le business plan et pris la décision », Christel Fromentin, 49 ans, Lyon. L'Exquise Trouvaille

Christel a ouvert sa boutique de décoration qui fait aussi salon de thé en juin 2014 après 25 ans dans l'industrie chimique ! Un départ volontaire et une reconversion désirée : « En un mois et demi, j'ai eu l'idée, monté le business plan et pris la décision. » Entre étonnement et admiration, ses collègues et amis observent son projet avec curiosité. Elle voit son commerce comme un lieu créateur d'émotions dans un esprit « brocante chic » et propose des objets originaux et des accessoires de mode autour de quelques tables pour les clients qui souhaiteraient s'installer pour boire un café.

© Sabine Mirlesse

« Je veux faire de mon site le Trip Advisor de la visite guidée », Odile Dussaucy, Paris. Mes Sorties Culture

L'idée de « Mes sorties Culture » est venue à l'esprit d'Odile après un constat simple : « Férue de visites guidées, j'ai réalisé qu'il n’existe pas de site internet qui les centralise toutes et permette de faire une sélection en fonctions de critères précis tels que la langue, la date ou l'accessibilité handicapés. » Elle va plus loin et propose des idées de livres, de films et même de restaurants. Odile résume son projet en trois mots : « Curiosité, générosité, partage » et affiche son ambition pour l'avenir : « Je veux faire de mon site le Trip Advisor de la visite guidée ! »

© Sabine Mirlesse

« J'aimerais aménager l'extérieur de mon établissement et créer des animations autour de la gastronomie », Yannick Frémont, 52 ans, Ecully (69) Les Délices de la Place

Après une rupture conventionnelle Yannick a décidé de créer son emploi et d'allier ses deux passions : la gastronomie et le contact humain. Elle ouvre alors son établissement, Les Délices de la Place, à la fois salon de thé et épicerie fine. Elle veut avant tout promouvoir des produits de qualité et s'attache aussi à créer un lieu de partage pour ses clients. Si elle gagne le Prix de la Créatrice 2015, Yannick compte bien s'agrandir : « J'aimerais aménager l'extérieur de mon établissement et créer des animations autour de la gastronomie ».

© Sabine Mirlesse

« Je suis une passionnée de la communication et un jour j'ai eu une révélation : la rhétorique», Marlène Reux, 58 ans, Paris. Maestria Consulting

Marlène a bâti son projet entrepreneurial qui a présidé à toute sa carrière salariale : « Je suis une passionnée de la communication et un jour j'ai eu une révélation : la rhétorique.» Elle s'associe alors avec une amie et décide d'aider les managers à développer leur leadership par une communication singulière, puissante et mobilisatrice. Elle apporte aussi son soutien à ceux qui souhaitent progresser dans leur prise de parole et particulièrement les femmes.

© Sabine Mirlesse

« Le style est une source d’innovation essentielle », Sylvie Tarrius, 51 ans, Dourdan (91) Vernis noir

Sylvie Tarrius a créé la marque de service Vernis noir en novembre 2013. Bureau de style dédié à la promotion et au conseil esthétique, Vernis noir a l'ambition de redonner aux créatifs la place qui devrait être la leur au sein des entreprises : « Le style est une source d’innovation essentielle et ma vocation est justement de créer de la valeur là où elle n'est pas exploitée. » Sylvie vise à développer la créativité des professionnels du marketing et les accompagne dans quatre domaines : le sourcing, la scénographie, la valorisation et la communication.

© Sabine Mirlesse

« Je veux offrir un moment de plaisir gustatif mais aussi d'évasion », Laurence Thiébart, 53 ans, Ennetières en Weppes (59) Loïse

Ingénieur agronome de formation, Laurence a décidé de se lancer dans l’entrepreneuriat après de nombreuses années de salariat. Elle a donc crée Loïse qui imagine, conçoit et fabrique des mélanges haut de gamme de fruits secs, noix et céréales à destination de l’hôtellerie de luxe et des épiceries fines. Le projet est né d'une double volonté : « J'ai toujours rêvé de monter ma société, c'est un défi personnel avant tout. Mais je souhaitais aussi partager ma passion de la gastronomie. » Pour ses recettes, Laurence trouve son inspiration dans le monde entier et souhaite faire découvrir aux consommateurs des plantes méconnues. Elle conclut : « Je veux offrir un moment de plaisir gustatif mais aussi d'évasion. »