« Osez, innovez… entreprenez ! », tels étaient les mots d’ordre de la 3ème Journée de la Femme Digitale qui s’est déroulée le vendredi 13 mars au Palais Brongniart, à Paris.

Le numérique est un excellent outil pour permettre aux femmes d’entreprendre, de « trouver [leur] place dans le monde de demain », ont affirmé les fondatrices de la journée, Delphine Remy-Boutang, dirigeante de The Bureau, une agence de conseil stratégique en social media et Catherine Barba, entrepreneuse, business angel et spécialiste du e-commerce.

Encourager les femmes à se tourner vers le digital est une vraie nécessité sur un cyberespace qui ne se conçoit que dans la diversité. Alors que Justine Ryst, directrice des partenariats de Twitter France, se félicite que 45 % des « twittos » français soient des femmes, Delphine Ernotte, directrice générale d’Orange France, souligne que les métiers du web et de l’informatique restent cependant encore largement masculins.

LE MÉMO DE LA FEMME DIGITALE :

1.     ON PEUT ÊTRE  « CONNECTÉE » SANS SE DÉCONNECTER DES AUTRES

Le digital a parfois mauvaise presse, en raison de la dématérialisation des rapports humains qu’il entraîne. Pourtant, il est aussi une formidable opportunité de créer des communautés de gens passionnés. Le coworking en est le parfait exemple : ils sont entrepreneurs, créatifs, travaillent souvent sur le web et ont voulu se réunir au sein d’un même espace pour retrouver des rapports physiques. 

2.     LE DIGITAL RÉVOLUTIONNE LES MODES DE RECRUTEMENT

Selon Laurence Bret-Stern, directrice marketing EMEA de LinkedIn, le recrutement devient presque une stratégie marketing.  « On utilise le big data pour trouver un candidat en adéquation avec le poste et qui a une affinité avec notre marque. On va même jusqu’à cibler ses goûts pour savoir comment le convaincre de nous rejoindre. » D’où l’importance, soulignée par de nombreux intervenants, de soigner son identité numérique.

3.     PARADOXALEMENT, L’UNIVERS GÉANT DU WEB PERMET UNE HYPER-PERSONNALISATION

Le nombre exponentiel d’utilisateurs d’Internet n’est pas un garant d’anonymat. Au contraire. Pour de nombreuses marques, les réseaux permettent d’offrir des expériences personnalisées. L’année dernière, Coca-Cola proposait par exemple de commander une bouteille à son nom sur son site. Quant à la RATP, elle se sert de Twitter pour répondre individuellement à ses utilisateurs, à défaut de pouvoir le faire « sur le terrain ».

4.     LE DIGITAL VA DE PAIR AVEC UNE CERTAINE LIBERTÉ

Un vent de changement souffle sur les entreprises. Le management devient « leadership » et les horaires fixes sont abandonnés tant que les objectifs sont atteints. Les notions de responsabilisation et de confiance prennent ainsi tout leur sens avec le digital. « La diversité de demain sera de se dire que parfois c’est celui de 24 ans qui a raison », annonce Frédérique Scavennec, directrice internationale du recrutement chez L’Oréal.

GERALDINE LE MEUR, fondatrice de Le Web et Marie Ekeland, fondatrice de France Digital ont toutes deux reçu le prix de « Femme digitale de l’année ».

QUELLE FEMME DIGITALE ÊTES-VOUS ?

Pour l’occasion, Coca-Cola partenaire de l’événement, a mis en valeur toutes les femmes consommatrices, fans et curieuses sur Twitter, en révélant leur profil digital.

Pour trouver votre profil rien de plus simple ! Répondez à ce quiz et découvrez si vous êtes plutôt CONNECTÉE, PRO, SOCIAL NETWORKEUSE, TRENDSETTEUSE ou VIDÉOMAKER.