Depuis 2005, l’association Force Femmes soutient la réinsertion professionnelle des femmes de plus de 45 ans. À l’occasion de sa récente nomination, la nouvelle présidente de Force Femmes, Véronique Saubot, revient sur 10 ans d’engagement, les succès de l'aventure Force Femmes et les défis à venir...

Véronique Saubot se considère comme une « femme de l’industrie ». Après avoir travaillé plus de 15 ans dans l’industrie automobile, dans des fonctions opérationnelles et fonctionnelles, elle a eu envie d’écrire une nouvelle page et de créer son activité de conseil en indépendant : « À cette même période, j’ai eu l’envie de m’investir dans des problématiques plus sociales, explique-t-elle, ce qui m’a amené à m’engager auprès de Force Femmes ».

Il y a 10 ans, elle rencontre Véronique Morali et rejoint cette action solidaire pour les femmes : « J’avais eu jusqu’ici beaucoup de chance dans ma carrière et je souhaitais aider d’autres qui n’ont pas eu mon privilège… ». Proactive, dynamique et engagée, Véronique Saubot Véronique Saubot rejoint les 700 bénévoles de l'association issus des ressources humaines et de l’entreprenariat et accompagne des candidates venues de tous horizons à construire les fondations de leurs projets d’entreprise. A ce jour, et grâce au soutien d’entreprises engagées dont Coca-Cola France, l’association qui compte 10 antennes en France a déjà accompagné plus de 20 000 femmes.

Chez Force Femmes, quelle est votre quotidien en tant que bénévole accompagnante ?

Véronique Saubot : "Nous recevons en entretien chaque femme de plus de 45 ans qui s’inscrit sur notre site, sans aucune sélection à l’entrée. Nous prenons connaissance de la situation professionnelle mais aussi personnelle de la candidate. Ensuite, nous travaillons ensemble sur un plan d’action très précis du projet entreprenarial, son positionnement sur le marché, ou son modèle économique… Nous accompagnons la candidate jusqu’à ce qu’elle n’ait plus besoin de nous. En 10 ans, il m’est arrivé de rencontrer des candidates inoubliables !

En parallèle, nos bénévoles animent des ateliers collectifs sur des thèmes généraux : « Comment refaire son CV », « Se présenter en trois minutes » ou encore pour initier aux réseaux sociaux. Les ateliers animés par Coca-Cola, notamment sur les sujets marketing, ont d’ailleurs beaucoup de succès ! À raison d’une douzaine de personnes par atelier, nos 350 ateliers annuels nous permettent de couvrir un large scope de candidates."

Qu’apportez-vous à ces candidates ?

"D’un point de vue personnel, je leur apporte de l’empathie, de la bienveillance et de l’énergie. De façon plus pratique, je leur livre aussi bien sûr ma boîte à outils de l’entrepreneur, mon expertise. J’ai moi-même créé mon entreprise : mon accompagnement se fait naturellement sur cet aspect-là de la réinsertion. Je peux leur partager ma connaissance de la réalité du terrain, le parcours du combattant de la création d’entreprise, surtout en tant que femme.

Mais la création d’entreprise ne représente qu’une partie seulement de notre accompagnement pour la réinsertion. 80% des femmes que nous accompagnons recherchent un emploi salarié."

Quel est votre point de vue sur le marché du travail et sur la condition des femmes dans le monde professionnel ?

"En France, on recense plus de 650 000 femmes de plus de 50 ans au chômage (catégories A, B et C) ! Même si le taux d’emploi est à peu près équivalent, la précarité professionnelle est omniprésente chez les femmes. CDD, missions en intérim, temps partiels : elles sont très nombreuses à occuper des emplois précaires. Il en ressort une construction professionnelle plus fragile qui les handicape quand elles se retrouvent au chômage ou qu’elles cherchent à se réorienter. À partir de 45 ans, une femme est aussi la génération pivot : elle a à sa charge ses enfants et peut-être ses propres parents…"

"En 10 ans, Force Femmes a accompagné 20 000 femmes"


"Rencontrer ces femmes, c’est toujours un moment de grâce et un échange très riche. J’en ressors toujours avec un certain sentiment d’accomplissement. C’est aussi une très bonne façon de garder le sens des réalités du monde… Malgré mes nouvelles fonctions de présidente, je souhaite conserver à part entière mon activité de bénévole accompagnante !"

Quelles orientations souhaitez-vous insuffler à l’association ?

"Chez Force Femmes, nous avons un taux de sortie positive de 35- 40% : soit la candidate a retrouvé un emploi ou créé son entreprise ou encore rejoint une formation. C’est très encourageant, mais nous cherchons bien sûr à l’améliorer. À terme, l’ambition de Force Femmes est de devenir le référent pour toutes les femmes de plus de 45 ans qui sont en recherche d’emploi. Pour cela, il nous faut être à moins de vingt minutes de chaque femme qui a besoin de nous. C’est pourquoi nous continuons de développer notre réseau physique en France. Nous venons d’ouvrir notre une onzième antenne à Amiens.

Mais ce combat se jouera également en ligne : c’est ce que j’appelle le projet « e-Force Femmes » ! L’idée serait de développer une plateforme pour héberger des formations de type MOOC et toucher davantage de femmes dans le besoin. Nous préparons également la prochaine édition des Journées de la création : grands forums sur la création d’entreprise pour communiquer sur notre offre d’accompagnement auprès des possibles candidates. Cette année, nous avons vu les choses en grand : nous accueilleront plus de 2 500 personnes sur plusieurs sites en simultané (Lyon, Bordeaux, Lille, Nantes et Paris)."

Force Femmes : les trois grands objectifs de Véronique Saubot

Dans notre activité, les objectifs de Force Femmes se structurent en trois missions :

1. Redonner confiance à ces femmes qui sont la plupart du temps en rupture professionnelle ou personnelle. Nos bénévoles sont tous sélectionnés au motif de leur expertise et de leur empathie.

2. Apporter une véritable expertise, celle des femmes chefs d’entreprise pour la partie création d’activité, ou celle des professionnels des ressources humaines pour le retour à l’emploi. Les 700 bénévoles encadrants sont tous en activité : ce sont des hommes et des femmes dans la réalité du marché du travail.

3. Lutter contre les stéréotypes. L’ancrage national et le rayonnement de Force Femmes lui permettent désormais de jouer un rôle de groupe d’influence. Nous communiquons beaucoup sur les fausses idées auprès des recruteurs, des services de ressources humaines et des institutions politiques.

Pour plus d’informations sur l’association Force Femmes et ses prochaines actualités, rendez-vous sur www.forcefemmes.com.