Vous rêvez d'un tour du monde à vélo, de lancer un programme de recyclage novateur ou de financer votre participation aux Jeux olympiques ? Comme il est plus facile d'obtenir un euro de 100 personnes que 100 euros d'une personne, le plus court chemin vers la réussite est de demander de l'aide au plus grand nombre. Le crowdfunding est né de ce constat. Et depuis quelques années ce mode de financement participatif rencontre un beau succès. Retour sur la naissance du phénomène, son fonctionnement et ses plus beaux accomplissements.

Si le crowdfunding a connu une ascension fulgurante avec Internet, ses origines sont pourtant très anciennes. Littéralement, le terme signifie « financement par la foule ». Des particuliers croient en un projet et donnent de l'argent, selon leurs moyens, pour tenter de le voir aboutir.

En 1888, l'Institut Pasteur ouvre ses portes à Paris grâce à la générosité du public et au lancement d'une « souscription », l'ancêtre du crowdfunding. Le même procédé avait déjà été utilisé en 1886 pour la construction de la Statue de la Liberté à New York. À l'ère d'Internet et des réseaux sociaux, le système a considérablement évolué, mais le principe reste le même. Les plates-formes se multiplient - il y en avait 141 en France en 2015 contre 28 en 2012 - et concernent de nombreux secteurs : musique, cinéma, environnement, solidarité, sport, jeux vidéo. Certains sites, à l'image de MyAnnona se spécialisent sur une cible précise. Créé par Béryl Bes, bénévole chez Force Femmes à Lyon, il soutient les projets de femmes entrepreneures.

Le crowdfunding, comment et pour qui ?

Pour tout le monde ! Et c'est là l'intérêt du système, toutes les parties sont gagnantes. Les contributeurs reçoivent une contrepartie en échange de leur don et si la cagnotte n'atteint pas le montant espéré, chacun récupère sa mise. Plusieurs situations peuvent justifier le lancement d'une campagne de crowdfunding.

• Hypothèse n°1 : vous êtes candidat à l'élection présidentielle américaine et avez besoin de lever des fonds pour votre campagne. Barack Obama a ainsi récolté près de 150 millions de dollars grâce à la générosité des Américains.

• Hypothèse n°2 : vous souhaitez tester la viabilité d'un projet et le soumettez au jugement du public. Si la cagnotte atteint (ou dépasse !) le montant espéré, c'est gagné (ou presque). Les créateurs du Hit du jeu vidéo sur console « Shenmue » l'ont bien compris et ont réussi à lever plus de six millions de dollars pour réaliser le troisième opus de la saga. Ce test grandeur nature a permis au studio de mesurer l'impatience des fans et la faisabilité du projet.

La magie d'un système collaboratif

Il y a toujours une part de mystère dans le crowdfunding. Comment expliquer que des inconnus soient prêts, en échange de rien ou presque, à donner de l'argent pour un projet auquel ils sont étrangers ? Un fan de sport par exemple peut-être enclin à soutenir un athlète qui prépare les Jeux olympiques, comme c'est le cas actuellement avec Powerade et le site sponsorise.me. Tandis qu'un autre, soucieux de l'environnement, peut préférer donner pour la création d'un produit qui facilite le recyclage du verre au quotidien. Le but du jeu est que chacun y trouve son compte et qu’un simple projet financier devienne une expérience humaine et collective.