Noël est déjà loin et les premiers rayons de soleil du printemps encore bien timides. Pourtant, le mois de février apporte lui aussi son lot de festivités. Avant la Saint-Valentin, la France célèbre mardi gras à grand renfort de crêpes et de déguisements. Retour sur l'origine de cette tradition et ses célébrations les plus emblématiques dans toute la France.

Le mardi gras a une double origine, à la fois païenne et chrétienne. Sa date varie chaque année mais tombe invariablement 47 jours avant la fête de Pâques, la veille du mercredi des Cendres, premier jour du carême qui ouvre une période de jeûne de 40 jours. Cela justifie-t-il pour autant de manger des beignets déguisé en clown ? Et pourquoi pas finalement. Le moment est toujours le bon pour savourer l'instant et partager des moments de joie en famille ou entre amis.

La France, l'autre pays du carnaval

La France, l'autre pays du carnaval

Pendant deux semaines, Nice aussi vit au rythme de son carnaval 

© Frédéric Nebinger | Getty Images

Qui dit carnaval, dit Rio de Janeiro, Venise ou encore Notting Hill ! Mais la France possède elle aussi des carnavals qui rivalisent d'inventivité et de créativité et n'ont rien à envier à leurs illustres voisins.

- Dunkerque : tambours et harengs fumés

Le Nord de la France est réputé pour son sens de la fête. Et le carnaval de Dunkerque, dont les origines remontent au 17e siècle, en est une vibrante illustration. Tout le monde se déguise pour entrer dans la « bande ». Ce grand défilé - qui a lieu les dimanches après-midi - rassemble les participants qui défilent en rangs serrés derrière le « Tambour major », personnage essentiel qui organise l'itinéraire et veille au bon déroulement de l'événement. Autre temps fort du carnaval : le jeté de harengs fumés par le Maire et le conseil municipal. Parmi les harengs... un homard en plastique. Celui qui parvient à l'attraper au milieu de la cohue gagne un véritable homard !

- Annecy : Venise réinventée

Annecy possède une multitude de canaux qui lui ont valu le surnom de « Venise des Alpes ». Mais la ressemblance avec la Sérénissime ne s'arrête pas là. Depuis 20 ans, la ville organise un carnaval vénitien. Loin de l’atmosphère bruyante de Dunkerque, ces quelques 300 masques défilent en silence et posent pour les badauds avant de se rassembler sur un podium. Impression de déjà-vu de retour de la lagune ? Rien de plus normal, les participants sont très souvent les mêmes !

- Nice : le carnaval qui a « la grosse tête »

La première mention d'un carnaval à Nice remonte au 13e siècle ! Une coutume ancestrale qui rassemble chaque année des milliers de personnes. La célèbre Promenade des Anglais revêt ses habits de fête et voit défiler des chars bigarrés et fleuris où trônent les fameux personnages à « grosses têtes ». Le clou du spectacle est incontestablement la « Bataille des fleurs » lorsque les milliers de fleurs présentes sur les chars s’envolent dans une explosion de couleurs ! 

Le mardi le plus gourmand de l'année

Le mardi le plus gourmand de l'année

« Mardi gras ne t'en vas pas ! Je ferai des crêpes et t'en mangeras ! », proverbe français.

© Chlorophylle | fotolia.com

Mardi gras porte bien son nom. Jour de fête, il est aussi un jour où tous les petits plaisirs gustatifs sont permis. En France, pays de la gastronomie, chaque région possède sa spécialité. Délicieusement régressives, elles ont le parfum de l'enfance. Si la cuisson ou l'esthétique divergent, elles possèdent néanmoins des ingrédients communs : œufs et beurre dont il fallait épuiser les réserves avant le début du carême. Dans le Sud-Ouest on consomme des beignets appelés « merveilles » dont l'équivalent à Lyon sont les bugnes et à Nice les fameuses ganses. Mais la pâtisserie reine de mardi gras demeure la crêpe, consommée un peu partout et tellement simple à réaliser !