Et vous, comment envisagez-vous le bonheur ? Avez-vous l’impression d’être acteur de votre existence ou, au contraire, pensez-vous que le bonheur est une question de chance ?

Coca-Cola France a demandé à l’IFOP* de se pencher sur la question. L’étude que nous vous présentons aborde notamment la manière dont les Français de 15 à 20 ans perçoivent le fait d’être heureux. Dans une société qui bouge et qui génère de plus en plus d’incertitudes, ce sondage révèle que la relation au bonheur des jeunes a considérablement évolué. Extraits choisis.

Le bien-être, un sentiment réel et précieux

Le bonheur, ça existe ! Pour preuve, 94% des 15/20 ans interrogés se déclarent heureux. Ils sont même 41% à s’estimer « très heureux ». Une belle intensité qui contraste avec la supposée morosité de la jeunesse. Et cet optimisme s’accompagne d’une bonne dose de réalisme puisque 20% des jeunes se sentent parfaitement responsables de leur propre bonheur et 85% d’entre eux déclarent « profiter de la vie à fond ». Une manière d’être heureux qui se conçoit désormais plus comme une succession de petits instants de bonheur que par la réalisation d’objectifs prédéfinis.

Le bonheur n’est pas le fruit du hasard, il se choisit et se construit !

La jeune génération fait également preuve de maturité. Lorsque l’on aborde la question du choix pour créer les conditions d’un bonheur futur, ils sont 74% à acquiescer. De même, 97% déclarent saisir chaque occasion d’être heureux qui se présente à eux, car ils ont bien conscience que le bonheur se vit au quotidien. Parmi les petits moments agréables de tous les jours, ceux passés avec la famille et les amis sont considérés comme les plus importants. Mais le désir de changer d’air n’est pas forcément très loin. Les vacances restent une source de profond bien-être.

Pour la génération des 15/20 ans, le bonheur ne s’improvise pas, et il ne sert à rien de l’attendre. A l’inverse, ils sont convaincus que le bien-être se bâtit jour après jour. L’importance des relations familiales et sociales dans la quête d’une vie heureuse met également en lumière un fait nouveau : le bonheur, envisagé d’un point de vue matériel et égoïste, n’a plus vraiment les faveurs de la jeune génération. Aujourd’hui, il se considère avant tout de manière altruiste, humaniste. Raison de plus pour le choisir et le partager !

* Sondage IFOP pour Coca-Cola France réalisé par internet du 15 au 17 avril 2015 auprès d’un échantillon de 1052 individus représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.