Coca-Cola a récemment atteint, avec plusieurs années d’avance, son objectif de 100% de restitution de l’eau utilisée dans la fabrication de ses produits. Clarisse Fageolles et Arnaud Rolland, responsables RSE et Développement Durable chez Coca-Cola France et Coca-Cola European Partners, détaillent les deux volets du programme.

L’action mondiale engagée par The Coca-Cola Company s’intitule Water Replenishment (« restitution de l’eau à son environnement naturel ») et s’appuie sur deux piliers : la préservation des sources et le traitement des rejets. Le but visé est de rendre à la nature et aux communautés un volume d’eau équivalent à celui utilisé par l’entreprise pour élaborer ses boissons, que ce soit celle contenue dans ses produits ou celle destinée au processus de production. Coca-Cola intervient sur deux aspects : soutien des projets locaux de préservation aquatique et gestion intelligente de l’eau dans la production des boissons.

Préserver l’eau là où elle est menacée

« Parmi les critères exigés pour assurer la pérennité des communautés, l’accès à l’eau est incontournable. On ne peut imaginer de développement local si cette condition n’est pas remplie», indique d’emblée Clarisse Fageolles, responsable RSE de Coca-Cola France. Voilà résumé, en quelques mots, le premier volet du Water Replenishment de Coca-Cola : soutenir et financer plus de 248 projets locaux de préservation de l’eau, dans 71 pays du globe.

« En rendant aux communautés un volume d’eau équivalent à celui contenu dans ses boissons, Coca-Cola assure aux populations locales les moyens de leur autonomie et de leur essor économique. Pour cela, nous agissons au niveau mondial autour de quatre axes : offrir un accès à l’eau potable, protéger les bassins hydrologiques, permettre l’utilisation de cette eau à des fins économiques et enfin, éduquer les populations locales à la nécessaire préservation de la ressource. À titre d’exemple, en France, Coca-Cola est engagé depuis trois ans - et jusqu'en 2020 - avec le WWF France pour la préservation d’une zone humide en Camargue. Un partenariat efficace, puisque 1,2 milliard de litres d’eau a ainsi été restitué chaque année ».

Record mondial : 1,15 L d’eau pour un 1L de boisson Coca-Cola

« Toute production entraîne des rejets divers. Chez Coca-Cola, ce sont principalement les eaux usées, qui sont désormais traitées, sur place ou dans une station à proximité, indique Arnaud Rolland, directeur du Développement Durable pour Coca-Cola European Partners. L’eau rejetée est purifiée conformément à la loi en vigueur et permet d’héberger la vie aquatique, même si la réglementation locale ne l’exige pas. « Mais avant de restituer, nous nous sommes d’abord attachés à réduire notre consommation d’eau et donc nos rejets », rappelle Arnaud Rolland.

Sur ce point, Coca-Cola est dans le peloton de tête des entreprises investies dans l’optimisation de la consommation d’eau. « Notre efficacité s’est améliorée de plus de 27% depuis 2004. Il faut aujourd’hui en moyenne 1,22L d’eau pour produire 1L de boisson, et seulement 1,15L dans notre usine de Castanet-Tolosan, record mondial parmi les 873 sites d’embouteillage de Coca-Cola dans le monde. Les bonnes pratiques établies au niveau local sont désormais partagées avec l’ensemble des embouteilleurs de Coca-Cola et permettront d’atteindre l’objectif prévu pour 2020 : seulement 1,2L d’eau pour fabriquer 1L de produit en moyenne dans le monde. Et donc d’autant moins de rejets à traiter. »

Protection des ressources, réduction et contrôle des rejets : pour Coca-Cola, dans le monde entier, le cercle vertueux des économies et de la responsabilité est une réalité.

La gestion de l’eau : une priorité pour Coca-Cola au Mexique

L’eau est essentielle pour la santé des écosystèmes et des économies mondiales. Elle est notre bien le plus précieux. Elle est également dans l’ADN de notre activité, étant le principal ingrédient de nos produits.

En tant que leader de notre secteur, nous avons pris l’engagement de gérer efficacement nos ressources en eau. C’est pourquoi nous menons à ce jour près de 250 projets de restitution d’eau dans 71 pays sur tous les continents.

Dans tous ces pays, notre stratégie de bonne gestion de l’eau repose sur ces principaux piliers :
 • Efforts permanents de réduction de la quantité d’eau utilisée dans nos processus de production ;
• Réutilisation de l’eau mise en œuvre dans la fabrication de nos produits, dans le respect des règles d’hygiène et de sécurité ;
• Restitution à la nature d’un volume d’eau identique à celui utilisé pour produire nos boissons.

Au Mexique, pays où la saison des pluies ne dure qu’entre mai et septembre et où 12 millions d’habitants sur 119 millions n’ont pas accès à l’eau potable, l’eau vient souvent à manquer et sa bonne gestion est un sujet capital.

C’est pourquoi La Fondation Coca-Cola au Mexique travaille depuis 8 ans en étroite collaboration, avec le ministère de l’environnement et des ressources naturelles (SEMARNAT), la Commission nationale de foresterie (CONAFOR), la Commission nationale des zones protégées naturelles (CONANP) et l’association mexicaine Pro-Natura, dans 1 125 communes, afin de reboiser et récupérer les eaux pluviales. Ce programme a notamment permis, dans le seul Etat de Chiapas, de replanter 205 000 arbres, de construire 19 réservoirs d’eau et d’installer 38 collecteurs d’eau.

Grâce à cela, et pour la deuxième année consécutive, nous restituons à la nature plus de 100% de l’eau que nous utilisons dans nos produits. L’efficacité de ce programme est évaluée indépendamment par le cabinet d’étude LimnoTech, spécialisé dans la gestion de l’eau, sur la base d’études fournies par l’Institut de Géophysique de l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM).