Difficile de manquer la spectaculaire affiche « Savoure l’instant » installée pendant tout le mois de janvier sur le parvis de la gare Saint-Lazare à Paris. Mais au moment de replier cette publicité grand format, la question se pose : que faire de ces 400 m² de bâche géante. En collaboration avec Bilum, une maison qui allie recyclage et confection française, Coca-Cola France a choisi d’en faire… des sacs et pochettes de voyage ! Une étroite collaboration pour une collection capsule tout à fait inédite.

Il y a trois ans, Coca-Cola France s’était déjà tourné vers le label « by Bilum » pour réutiliser des bâches publicitaires installées sur le périphérique parisien. Pour le réemploi de sa gigantesque affiche tirée de la campagne mondiale de « Savoure l’instant », la filiale française a choisi de renouveler l’expérience avec cette maison de création qui utilise des matières un peu particulières.

« C’est une façon originale d’engager tous nos efforts pour recycler les matières que Coca-Cola met sur le marché, témoigne Clarisse Fageolles, Responsable de la politique RSE de Coca-Cola France. Nous aimerions systématiser cette façon de faire ». À la clef de ce partenariat, une panoplie de sacs cousus directement dans la bâche de l’affiche publicitaire. 5 sacs de voyage « Cabine » (48 h), 26 sacs « Mini-Cabine » et 100 petites pochettes plates de voyage forment cette collection très limitée Coca-Cola by Bilum.

Un engagement responsable et un recyclage « par le haut »

En Papouasie-Nouvelle-Guinée, les « bilum » correspondent à des filets végétaux de portage traditionnels. Dans son atelier-laboratoire au sud de Paris, Hélène de La Moureyre, la fondatrice, admet avoir tiré sa démarche du « bon sens » qu’elle observe aussi bien chez nos grands-parents que dans les pays en voie de développement. Économie circulaire, design durable, gestion des ressources, Coca-Cola France et Bilum partagent une volonté de récupérer, recycler et recréer.

« Chez Bilum, chaque pièce est unique et singulière, souligne Hélène de La Moureyre. Le résultat d’une fabrication totalement française et d’une production responsable et écologique. » Mais quand elle fonde son entreprise en 2005, elle choisit de s’orienter vers l’upcycling (ou « surcyclage ») : un recyclage « par le haut », où l’on récupère des matières destinées à l’élimination afin de les transformer en produits de qualité supérieure.

Des 400 m² de la publicité géante de Coca-Cola, seuls 75 m² sont utilisés pour créer les sacs by Bilum. Le reste est utilisé pour d’autres sacs de la marque ou données à des écoles d’art ou de design, à des particuliers ou des associations qui ont besoin de ce type de matériaux pour faire de la décoration ou même protéger un toit.

3 Questions à Hélène De La Moureyre, fondatrice de Bilum

Comment vous est venue l’idée de créer Bilum ?

Tout a commencé en 2004, lorsque j’ai décidé de prendre un nouveau départ. Je travaillais depuis de nombreuses années en agence de communication et j’étais devenue en quelque sorte une spécialiste des affichages grand format. Mais j’ai eu envie de revenir aux sources. Issue d’une famille nombreuse, j’ai été sensibilisée au gâchis, aux initiatives de réparations et de récupération.

C’est alors que j’ai découvert les différentes initiatives de l’upcycling, notamment à travers la marque Freitag, qui récupère les toiles de camion pour créer des sacs. J’y ai trouvé mon inspiration : j’allais travailler à partir de tous ces matériaux que nous ne réutilisons pas comme les bâches publicitaires, mais aussi les ceintures de sécurité, les airbags, les voiles de bateaux les drapeaux ou même les gilets de sauvetage d’avions, qui ont une durée de vie limitée.

Comment définiriez-vous l’upcycling ?

« Upcycler » est un anglicisme qui signifie transformer des matériaux récupérés ou des produits devenus inutiles en de nouveaux objets d’une valeur supérieure. Il s’agit en fait de donner une nouvelle vie à des matériaux. C’est quelque chose qui est fait au quotidien dans les pays en voie de développement, mais qu’on peut aussi retrouver dans une maison de confection !

Chez Bilum, la matière est au cœur de notre réflexion. Nous confectionnons l’héritage des marques à partir de leurs propres matières. Prenons l’exemple des toiles publicitaires géantes. Elles sont composées d’une couche de PVC lissée sur une armature de fils de nylon. Ce mélange les rend très compliquées à recycler. En 12 ans, Bilum a réutilisé plus de 35 000 m² de matières, soit plus de 13 tonnes reconditionnées pour créer près de 100 000 produits. Il est urgent de s’intéresser à nos déchets et de plus en plus de marques le réalisent.

« Nous confectionnons l’héritage des marques à partir de leurs propres matières. »

                                                                  Hélène De La Moureyre

En quoi votre collection avec Coca-Cola est-elle spéciale ?

Il y a trois ans, nous avions déjà collaboré avec Coca-Cola et cette première opération avait beaucoup plu. Revoir la marque revenir vers nous est un signal très motivant. D’autant que le graphisme de cette toile est sublime ! 

Avec Coca-Cola France, nous avons travaillé main dans la main pour voir ce qui était faisable dans le délai imparti. Nous avons choisi ensemble le morceau de la bâche que nous allions exploiter mais aussi les modèles à créer. Cette collaboration était enthousiasmante et très valorisante !

Pour découvrir l’ensemble des collections de Bilum, rendez-vous sur bilumstore.fr.