Le week-end du 24 au 26 février 2017, le centre culturel du Centquatre, à Paris, accueillera les expériences les plus renversantes. Salon entièrement dédié à la réalité virtuelle (ou VR), Virtuality, créé à l’initiative d’Olivier Godest, ouvrira cette année les portes de sa première édition. L’occasion de découvrir les innovations de ce que certains appellent la « quatrième vague technologique » !

Début janvier, le CES 2017, le salon de l’électronique à Las Vegas, confirmait la tendance : la réalité virtuelle se démocratise à vitesse grand V ! Images de synthèse, réalité augmentée, films immersifs 360° : que se cache-t-il derrière toutes ces innovations ? De façon générale, on appelle « réalité augmentée » toute expérience technologique et sensorielle qui simule la présence de l’utilisateur dans un environnement artificiel dans lequel il peut interagir. Et avec la sortie récente de nombreux casques VR (« virtual reality »), comme le HTC Vive et l’Oculus Rift, le secteur est en plein essor ! Accompagné d’une équipe de 5 personnes, le chasseur de tendances digitales Olivier Godest a choisi de créer le salon Virtuality. Pour s’amuser, découvrir, imaginer comment seront transformées nos lectures et donc penser aux contenus de demain, le salon réunit professionnels et grand public autour des dernières innovations du secteur.

Tout commence en 2015, au festival de l’imaginaire du Paris Comic-Con. Alors qu’il anime une conférence sur le thème de la réalité virtuelle, Olivier Godest, le fondateur de Virtuality, réalise l’engouement qui entoure le domaine. « Alors qu’il s’agissait d’une réunion de fin de journée, un dimanche, il n’y avait plus une place de libre dans la salle. Nous avons réalisé qu’il y avait une vraie demande de la part d’un public large et qu’il n’y avait que peu de renseignements disponibles. Pour la réalité virtuelle, 2016 a été l’année de l’innovation technologique. Maintenant que l’équipement est disponible et accessible au grand public, 2017 doit être l’année des contenus et des expériences ! »

« Pour se rendre compte du potentiel de la VR, il faut d’abord l’expérimenter ! »

Avec plus de 100 exposants réunis, tous spécialistes de la réalité virtuelle, le salon entend démontrer les usages et les enjeux de ce type de technologie… En vue de favoriser son développement économique ! « Nous voulons offrir un panorama global sur la VR afin de prouver que ce n’est pas un gadget, poursuit-il. Pour que les gens aient envie de tenter ces expériences, il faut que les contenus soient pertinents ».

Sur place, des spécialistes de l’information et de la communication corporate, mais aussi des experts de la vidéo 360° ou des images de synthèse. Parmi les nombreux créateurs du salon, seront également présentes les équipes de Digital Immersion, à l’origine du film immersif à 360° de Coca-Cola European Partners (CCEP). « Pour les marques comme Coca-Cola, les enjeux sont dans le développement d’histoires, explique Olivier Godest. Il y a une vraie réflexion à mener sur la façon dont ce contenu va être utilisé, sur l’événementiel qui pourra accompagner la diffusion de la vidéo. »

3 questions à Alexandre Poncet, Directeur Associé Communication Externe CCEP France 

Le 24 février, de 12h à 12h30, Alexandre Poncet interviendra au salon Virtuality pour répondre à la question suivante : « Comment Coca-Cola European Partners utilise la réalité virtuelle pour communiquer auprès de ses clients et consommateurs ? ».

Comment CCEP utilise-t-il la réalité virtuelle ?

« Peut-on visiter une usine ? » C’est une question qu’on entend souvent quand on travaille chez Coca-Cola. D’autant que beaucoup ignorent que ces usines se trouvent précisément en France ! ET que 90 % de nos boissons sont fabriquée dans nos 5 usines françaises. Mais tout le monde ne peut pas accéder aux coulisses de la fabrication…

La réalité virtuelle a été un véritable atout stratégique pour CCEP. Sorti à la rentrée 2016, le film #cocacola360 Les Coulisses d’une production française a permis à la fois d’être transparent vis-à-vis de nos process de fabrication mais aussi de prouver notre ancrage « Made in France ». Relayée sur les réseaux sociaux, cette vidéo immersive tournée dans l’usine de Grigny nous a permis d’engager un dialogue plus direct avec nos publics, d’aller à la rencontre d’un public jeune mais aussi des consommateurs et des clients institutionnels.

Quelle est la plus-value par rapport aux outils classiques de communication ?

Jusqu’ici, les applications de la réalité virtuelle pouvaient être de l’ordre de la découverte scientifique ou culturelle, ou même de la publicité. Mais CCEP voit également l’atout énorme qu’elle représente pour la communication corporate. Il faut s’adapter aux attentes de nos consommateurs qui sont par ailleurs énormément sollicités. Par son aspect immersif, la réalité virtuelle permet de capter l’attention plus longtemps que la plupart des contenus traditionnels. Elle nous permet d’isoler notre public pour lui transmettre nos messages mais aussi des émotions ! La VR nous permet de gagner la bataille de t’attention !

Selon vous, quel est l’avenir de la réalité virtuelle ?

Ce type de contenus est une nouvelle corde ajoutée à l’arc des communicants. Il est complémentaire à nos outils de communication traditionnels comme l’événementiel par exemple. Pour diffuser notre film immersif sur les salons ou chez nos clients, nous avons créé un stand qui reprend la terrasse de café présente sur notre vidéo. Une façon de vivre in situ l’expérience du film 360°.

La réalité virtuelle, c’est aussi une nouvelle façon de raconter des histoires. Dans ce type d’expérience, le cœur du contenu créé reste le scénario. Outre la technologie, l’histoire prime pour conserver jusqu’au bout toute l’attention du public.

Pour retrouver l’ensemble des exposants du salon Virtuality et découvrir toutes les expériences de VR possibles et imaginables, rendez-vous au Centquatre,– 5 rue Curial Paris 19, du 24 au 26 février 2017.