C’est sous un grand soleil printanier que les collectionneurs Coca-Cola se sont retrouvés, le dimanche 12 mars 2017 à l’hôtel Dreamcastle du parc Disneyland Paris à Marne-la-Vallée. Pour sa 4e édition, la convention organisée par le Club français des collectionneurs continue d’attirer les fans de la marque, venus du monde entier. Créateur ou baroudeur… les profils sont variés mais tous passionnés. La rédaction de Journey est partie à leur rencontre pour dresser un florilège non exhaustif de portraits.

La variété des profils fait toute la richesse de la communauté de collectionneurs de Coca-Cola, venue de Paris, Londres ou encore Bruxelles. “Je suis très content d’accueillir des collectionneurs étrangers et des exposants de qualité. C’est un vrai moment d’échange”, nous confie Eric Rosenberg. Le président de l’association tient à rappeler le soutien précieux de Coca-Cola : “Nos contacts aux archives d’Atlanta ainsi qu’à Coca-Cola France nous ont beaucoup aidés. Nous nous sommes vraiment senti épaulés, encore un grand merci !”
La trentaine d’exposants réunis ici représentent de nombreux pays : l’Italie, l’Allemagne, la Turquie avec Birkan,que nous avions déjà rencontré, mais aussi le Brésil avec Renato. En échangeant avec eux, il nous apparaît vite que si les collectionneurs réunis ici sont tous animés par une même passion pour Coca-Cola, tous ont des profils différents.

Stéphane, le créateur

Stéphane, le créateur
La bouteille que Stéphane a créée est une réplique d’une bouteille de 1926. Avec cette étiquette faussement vieillie, on pourrait facilement être trompé !

© Julien Philippy

Stéphane, 45 ans et 27 années de collection à son actif, a une spécialité pour le moins originale : graphiste de métier, il reproduit à la perfection des bouteilles Coca-Cola existantes, souvent rares et anciennes. Pour cela, il utilise des contenants adaptés et recrée les étiquettes. Il va même jusqu’à inventer des modèles originaux, sortis de son imagination et inspirés par l’univers de la marque ! Sa dernière création: la réplique d’une bouteille en verre datant de 1926, dont il n’existe que 4 ou 5 exemplaires originaux dans le monde. Autant dire que ses oeuvres attirent les convoitises… “En général, je garde mes créations ou je les offre à des amis. Quand je les vends, c’est pour financer ma collection, jamais pour spéculer”. Il a d’ailleurs généreusement donné l’un de ses derniers modèles pour la tombola, organisée lors de la convention.

A la rencontre des collectionneurs de Coca-Cola à Paris
Cliquez sur l'image pour voir la galerie

© Julien Philippy

Lucie, la jeune passionnée

Lucie, la jeune passionnée
Lucie, jeune collectionneuse de 26 ans, est l’heureuse gagnante de la réplique d’une ancienne bouteille Coca-Cola collector.

© Julien Philippy

La bouteille de Stéphane se retrouve entre les mains de Lucie, l’heureuse gagnante du lot. La jeune femme de 26 ans participe chaque année à la Convention depuis sa création : “Je viens pour aider à l’organisation de l’événement et l’accueil des visiteurs.” La bouteille de Stéphane viendra rejoindre sa collection, commencée il y a dix ans tout de même !

Daniel, le pro de l’échange

Daniel, le pro de l’échange
Devant son stand, Daniel précise qu’il préfère échanger, et ceci dans toutes les langues ! Une obligation pour les collectionneurs Coca-Cola lors de ces rencontres multiculturelles.

© Julien Philippy

La tombola fait d’autres heureux, comme Daniel, collectionneur exposant qui a gagné le coffret Colette. Habillé en vêtements siglés Coca-Cola de la tête aux pieds (jusqu’aux chaussettes !), Daniel est un “échangeur” : il préfère le troc à l’achat, et le fait savoir dans toutes les langues devant son stand. Son anecdote : il a commencé sa collection quand le restaurant où il déjeunait tous les midis lui a offert l’horloge Coca-Cola qu’il fixait pendant son repas pour ne pas être en retard !

Renato, le baroudeur

Renato, le baroudeur
Renato, collectionneur brésilien, est très fier de ses mini-bouteilles en aluminium Coca-Cola !

© Julien Philippy

Renato est brésilien. Autant dire que ses pièces viennent de loin ! Le collectionneur s’est spécialisé dans les bouteilles en aluminium et les mini-bouteilles, une denrée rare dans le monde des collectionneurs Coca-Cola. Son plaisir à lui, c’est de profiter des conventions pour voyager. Il vient pour rencontrer des gens, échanger, découvrir une culture… Sa prochaine étape : l’Espagne. Il nous laisse en souvenir une des bouteilles distribuées dans les stades pendant les Jeux Olympiques de Rio en 2016. Obrigado !

Franck et Mehdi, les remplaçants

Franck et Mehdi, les remplaçants
Pas besoin d’être un habitué des rencontres de collectionneurs Coca-Cola pour apprécier l’ambiance qui y règne, comme le montrent Franck (à gauche) et Mehdi (à droite).

© Julien Philippy

La Convention est ouverte à tous, et même aux néophytes, comme le prouvent Franck et Mehdi. Ces deux hommes ne sont pas de “vrais collectionneurs” : ils sont là pour représenter Caroline, fille de Franck, femme de Mehdi et passionnée de Coca-Cola. “A quelques jours de son accouchement, elle ne pouvait pas se déplacer ici. Mais ça lui tenait à coeur, nous sommes donc venus présenter sa collection”, explique son papa. Une grande première pour Mehdi, pourtant plus familier avec la passion de sa femme : “Je ne m’attendais pas à trouver des collectionneurs du monde entier !”.