Depuis le 25 janvier 2017, les salles obscures projettent L’Ascension, un film français réalisé par Ludovic Bernard et soutenu par Fanta. L’histoire ? Celle de Samy, un jeune habitant d’une cité de Seine-Saint-Denis qui décide de gravir l’Everest par amour pour une fille. Un exploit hors du commun inspiré d’une expérience personnelle : celle de Nadir Dendoune. Portrait d’un aventurier des temps modernes qui a son franc-parler.

Nadir Dendoune est le genre d’homme prêt à relever de grands défis pour défendre les causes qui lui tiennent à coeur. Quand en 2008 il réalise l’exploit de gravir les 8848 mètres de l’Everest, raconté dans le livre Un tocard sur le toit du monde, le journaliste et écrivain n’en est pas à sa première aventure. Ce “banlieusard fils d’immigrés illettrés”, comme il se décrit, a déjà vécu des expériences très fortes, comme un périple en vélo de 3 000 kilomètres en Australie, ou encore un tour du monde pour soutenir la lutte contre le sida. Des initiatives et des exploits qu’il considère comme sa “revanche sociale”.

Grimper par amour

A l’époque, le journaliste va se laisser convaincre par un ami népalais d’aller sur le toit du monde, en omettant un léger détail : “Je lui avais fait croire que j'avais un super CV d'alpiniste, que j'avais déjà atteint d'autres sommets...alors que l'Everest était ma première montagne !”
On se demande quelle raison peut bien pousser un homme qui n’a jamais grimpé de sa vie à s’attaquer au plus haut sommet du monde. Dans le film, Samy se lance dans ce défi par amour pour une femme. Et Nadir ? “C'est également pour l'amour d'une femme, ma mère. Mais aussi par amour de la Seine-Saint-Denis.”

Un écho au-delà des montagnes

Le manque d’expérience n’a pas empêché Nadir de réaliser cet exploit, porté par la volonté de donner un bel écho à son message : rendre fierté et estime à son département d’origine. “En allant sur l'Everest, je voulais montrer qu'on a notre place partout. Une fois en haut, j'ai déployé un coeur en carton siglé 93 : j'ai pensé que le symbole serait fort.” Une ascension fatigante mais victorieuse qui a fait vivre Nadir “sur un nuage”, même plusieurs mois après avoir quitté ceux des sommets.

L’adaptation cinématographique : “ Un autre Everest !”

Dès le début, Nadir Dendoune a participé à l’écriture du scénario puis au tournage, sous l’impulsion de Laurence Lascary, la productrice du film. Le résultat, Nadir l’appréhendait un peu. Pas étonnant quand on assiste à la mise en scène d’une des étapes les plus importantes de sa vie ! Des inquiétudes vite balayées par le premier visionnage : “Le film a trouvé sa juste place entre l'ADN de l'histoire originale et les exigences d'un grand film d'aventure.” Quand on lui demande ce qu’il a pensé d’Ahmed Sylla, jeune humoriste qui incarne son rôle dans le film, le journaliste ne tarit pas d’éloges : “Ahmed joue admirablement : il porte le film”. Nadir Dendoune avoue d’ailleurs que sa famille et ses amis leur ont trouvé quelques similitudes ! Une anecdote pour lui : “Le plus important : c'est le message que véhicule L’Ascension.”

Retrouvez le film L’Ascension, de Ludovic Bernard, actuellement dans les salles de cinéma. 

Tentez de remporter 1x2 places pour aller voir L'Ascension au cinéma. Pour cela répondez à la question : En quelle année Nadir Dendoune a-t- il atteint le sommet de l’Everest ?

Inscrivez directement votre réponse en commentaire du post sur notre compte Facebook, nous tirerons au sort les vainqueurs. Bonne chance !

Voir règlement