Réduire ses émissions de CO2 est une des priorités de Coca-Cola en France. CCEP France, la filiale française de l’embouteilleur Coca-Cola European Partners, est l’une des dix entreprises engagées depuis mai 2015 dans la charte FRET21. Objectif : réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports d’ici 2020. Après une phase pilote qui s’est achevée début février 2017, le programme est maintenant ouvert à toutes les entreprises. Retour sur les avancées de l’embouteilleur français.

CCEP France est le principal producteur et distributeur de boissons rafraîchissantes sans alcool en France. Dans l’hexagone, 90% des boissons des marques de The Coca-Cola Company consommées sont produites localement, dans l’une de ses 5 usines d’embouteillage réparties sur le territoire. Participer à la baisse des émissions de CO2 est apparu comme une évidence pour l’acteur industriel français.

Objectif : réduire de 30 % les émissions de CO2 d’ici 2020

En mai 2015, CCEP France s’est ainsi engagé aux côtés de 9 entreprises françaises à signer la charte “FRET21 : les chargeurs s’engagent”. Initiée par l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie), l’AUTF (Association des Utilisateurs des Transports de Fret) et le Ministère de l'Écologie, la charte vise à réduire l’empreinte carbone des transports de 20 % d’ici 2020.

Un objectif que l’embouteilleur a choisi de fixer à 30 % pour sa propre activité : « Avec la signature de la charte, nous officialisons et poursuivons nos engagements en matière de réduction de CO2 de nos transports. Cette initiative s’insère dans un programme de réduction d’1/3 de notre empreinte carbone entre 2007 et 2020 », explique Eric Desbonnets, directeur logistique et service clients de CCEP France.

Comment CCEP réduit ses émissions de CO2 ?

Dans le cadre de la charte, chaque signataire a mis en oeuvre des actions concrètes afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre de leurs opérations de fret (transport de marchandise). Ces initiatives ont ensuite été évaluées par des indicateurs opérationnels afin d’évaluer les progrès effectués.

CCEP France a concentré son action sur deux axes majeurs : la distance parcourue et les moyens de transport.

Réduire la distance parcourue
Avec un réseau de 5 usines réparties en France, l’embouteilleur s’est donné pour mission de produire au plus près du consommateur. Un engagement qu’il a renforcé en 2015 en investissant 30 millions d’euros pour ouvrir une ligne de production de canettes dans son usine de Grigny, dans l’Essonne. Grâce à cette nouvelle ligne en Ile-de-France, 1er bassin de consommation français, au coeur des réseaux de transport, CCEP a économisé 337 000 km en 2016.

Des moyens de transport plus verts
Optimiser son réseau de transport exige d’innover et transformer ses modes de distribution. Pour cela, CCEP France favorise le backhauling, un système logistique visant à réduire les transports à vide des camions.
Autre alternative, le ferroutage, consiste à transporter les camions en train. Utilisé depuis 2001 par l’entreprise, il a permis de retirer l’équivalent de 50 000 véhicules des routes et d’économiser 34 millions de kilomètres.
Enfin, CCEP France a mis en place des camions de type semi-remorque roulant au gaz naturel. Leur intérêt : ils émettent environ 20 % d’émissions de CO2 en moins par rapport au carburant classique.

Autant d’initiatives concrètes qui illustrent la détermination de CCEP France à poursuivre son engagement dans cette dynamique vertueuse, pour des transports plus respectueux de l’environnement.

Retrouvez également l’infographie qui explique l’engagement de CCEP France.